Ugo Bernalicis, le député Insoumis qui voulait supprimer la libre entreprise

17 juillet 2017 Redaction 23

Ugo Bernalicis est un député de la France Insoumise totalement inconnu du grand public. Élu dans le Nord, ce fonctionnaire du ministère de l’Intérieur a des idées bien arrêtées… sur la soviétisation de l’économie. Ugo Bernalicis a 28 ans. Il est fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, après une vie étudiante où il a multiplié les fonctions syndicales. Aujourd’hui, il professe une idéologie essentiellement fondée sur l’interdiction de l’initiative privée, comme le montre la vidéo ci-dessus. Ce futur bon client de la presse pour ses sorties lunaires mérite d’être suivi de près puisqu’il incarne à l’état quasi-pur la vision qu’un fonctionnaire sorti du syndicalisme étudiant communiste peut avoir sur la réalité: le service public (entendez par là l’utilisation sans contrôle de l’argent public), c’est forcément bien et égalitaire, même quand toutes les études montrent qu’il sert à fabriquer des inégalités. L’entreprise (entendez par là tout ce qui ne vit pas de subvention et a la prétention d’avoir une utilité sociale prouvée par des bénéfices), c’est forcément mal, et l’exploitation de l’homme par l’homme, et l’aliénation du travailleur. Un prolétaire est forcément une victime de la société et un employeur forcément un délinquant, ou un suspect. Etc. On suivra avec délectation les […]

La France Insoumise et son anthologie de la haine contre les entrepreneurs

17 juillet 2017 Redaction 0

Les débats sur les ordonnances à l’Assemblée Nationale ont donné lieu à l’expression, par la France Insoumise, d’une haine impressionnante contre les entreprises et les entrepreneurs. En voici une anthologie… Jean-Hugues Ratenon, 10 juillet Autre point : l’extension des contrats de chantier : elle n’est rien d’autre que le prélude à la fin des contrats à durée indéterminée. En bref, l’esclavage moderne est en marche. Alexis Corbière, 10 juillet Ce que j’entends depuis le début de nos débats procède d’ailleurs d’une idéologie que je connais par cœur. Ne voyez là aucune modernité, chers collègues de La République en marche. Elle vient du XIXe siècle, cette idéologie qui vise à faire croire qu’il y aurait au sein de l’entreprise des intérêts communs entre le patron et les salariés plutôt que de trouver un accord entre classes sociales communes ; que les salariés devraient se déterminer au sein de l’entreprise dans le cadre d’accords communs avec leur employeur. Jean-Luc Mélenchon, 11 juillet Je ne parle pas de répression syndicale par plaisir ou pour vous en accuser, mais parce que c’est un fait, parce que des milliers des miens, tous les ans, se voient infliger des condamnations qui restent inscrites sur leur casier […]

Faut-il s’inquiéter de l’inconsistance politique de Muriel Pénicaud?

13 juillet 2017 Eric Verhaeghe 1

Le débat à l’Assemblée Nationale sur les ordonnances est cruel pour Muriel Pénicaud: il dévoile sa parfaite inconsistance politique face à une opposition galvanisée. Emmanuel Macron se met en risque en dégarnissant ainsi ses flancs. Voilà qui finit quand même par poser problème. L’Assemblée Nationale débat des ordonnances sur le marché du travail, et la ministre aborde le débat comme une directrice des ressources humaines. Elle esquive les sujets et revient sans cesse à des explications techniques sans vision politique, laissant le champ libre à la France Insoumise pour distiller sa conception des rapports sociaux. Ainsi, l’Assemblée a abordé mardi soir le débat délicat du referendum d’entreprise. Le sujet est politiquement et socialement sensible, parce qu’il revient à contester le monopole syndical dans la négociation des accords collectifs. On peut évidemment être favorable à cette solution du recours au référendum. Mais le sujet mérite d’être expliqué dans toutes ses dimensions. La question du monopole syndical était en effet extrêmement sensible et surtout « portante » dans la conception française traditionnelle du dialogue social. Tout mouvement dans ce domaine a un impact systémique dont il importe de prendre la mesure: la physionomie d’un dialogue social en entreprise fondé sur une consultation directe des salariés ne […]

Mélenchon traîne encore dans la boue les patrons de petites entreprises

13 juillet 2017 Redaction 8

Pour Mélenchon, le faible nombre de délégués syndicaux dans les petites entreprises s’explique uniquement par la répression dont ils feraient l’objet. Insultant! et démagogique. Avec une ministre aux abonnés absents, Mélenchon dispose, à l’Assemblée Nationale, d’un boulevard devant lui pour diffuser sa nostalgie de l’Union Soviétique, d’Hugo Chavez, et de tous les régimes totalitaires qui ont utilisé l’égalité et la défense des plus pauvres pour justifier l’appropriation de l’appareil d’État par une caste de professionnels de l’agitation. Ainsi, lors du débat sur l’adhésion syndicale, Mélenchon n’a pas hésité à expliquer que les petites entreprises étaient un lieu où le syndicalisme était discriminé et réprimé. Il est fascinant de voir que ces propos mettant en cause les petits patrons ne font l’objet d’aucun correctif de la part de la ministre (ni de l’inconsistant président de l’Assemblée Nationale). Les petites entreprises victimes de la farce des ordonnances Dans cet écheveau extrêmement dangereux pour la prospérité du pays, les petites entreprises devraient être les victimes de la farce. Non seulement, elles ne récolteront aucun droit nouveau avec les ordonnances, mais elles verront le fossé s’accroître avec les grandes entreprises, dotées désormais du droit de déroger négativement aux branches Accessoirement, le débat est l’occasion […]

Quand la France Insoumise défend les magouilles syndicales

13 juillet 2017 Eric Verhaeghe 4

La France Insoumise vient de donner l’exemple de son approche ahurissante des dossiers sociaux (avec ses postures post-marxistes déconnectées de la réalité). Le débat à l’Assemblée Nationale sur l’article 2 de la loi d’habilitation a ainsi donné lieu à une sortie mal avisée d’Alexis Corbière sur le chèque syndical, où l’on mesure toute la propension des mélenchonistes pour les magouilles syndicales. Les ordonnances sur le code du travail ont un mérite: elles abordent des sujets maintenus tabou jusqu’ici, comme le chèque syndical. Cette invention de Claude Bébéar, alors président d’Axa, visait à structurer le dialogue social en abondant le salaire par un montant équivalent à une cotisation syndicale. Libre au salarié de choisir le syndicat qu’il souhaite ainsi soutenir. Dans l’esprit d’un Bébéar, il s’agissait d’encourager l’engagement syndical et de favoriser l’adhésion aux organisations. Les enjeux étaient bien connus: plutôt que d’avoir des syndicats croupions financés par des détournements de fonds ou des pratiques régulièrement contestées (notamment dans des comités d’entreprise comme Air France, EDF ou  la SNCF), mieux valaient des syndicats financés de façon transparente et au service d’une cause commune. La France Insoumise et les magouilles syndicales Selon un contresens complet dont seule la France Insoumise à le […]

Corporate venture capital : les vrais enjeux pour les groupes et les start-up

12 juillet 2017 Redaction 0

Cet article a été écrit par Hélène Löning, professeur associé en gestion et en comptabilité à HEC Paris-Saclay et publié sur The Conversation. Le corporate venture capital, ce sont les fonds d’investissement en capital-risque de sociétés privées, le plus souvent de grands groupes, qui financent les start-up et les PME innovantes porteuses de croissance par des prises de participation minoritaire. Pour les groupes qui le pratiquent, le corporate venture capital (CVC) correspond à des objectifs stratégiques et organisationnels plutôt qu’à des investissements financiers classiques. Il s’avère vertueux pour permettre aux groupes de capter les nouveaux business models, les nouveaux usages ou modes de consommation rendus possibles par la digitalisation, et constitue une « forme organisationnelle innovante de l’innovation ». En parallèle, les fonds de Corporate Venture constituent un mur étanche qui permet aux start-up innovantes de poursuivre leur aventure entrepreneuriale dans les meilleures conditions d’autonomie pour leur développement, tout en bénéficiant des ressources et réseaux des groupes. En revanche, le chemin est encore hasardeux jusqu’à l’infusion des pratiques entrepreneuriales au sein des groupes investisseurs. Le CVC ne s’avère pas un outil transformatif des pratiques vers l’ambidextrie mais plutôt un outil transformatif de l’organisation et surtout un formidable levier potentiel pour les start-up. […]

RSI: et voilà! les grèves commencent…

11 juillet 2017 Redaction 29

Les premières grèves commencent dans les services du RSI pour protester contre l’adossement au régime général. Il faut dire que les avantages accordés aux salariés du régime risquent d’être percutés par la réforme. On pouvait s’y attendre! les salariés du RSI commencent des mouvements de grève pour protester contre leur adossement au régime général. Après avoir vécu une vie autonome et heureuse, les intéressés, qui méconnaissent tant les règles applicables aux indépendants qu’ils n’hésitent pas à martyriser de façon arbitraire, vont devoir montrer leur capacité à s’adapter. On s’en délecte par avance, même si on se fait peu d’illusions sur la dureté de leur traitement final. Le gouvernement devrait en effet leur ménager des exceptions et des privilèges destinés à préserver les Zacquis sociaux. Les grèves, les grèves… C’est donc à Marseille que les premières grèves auront lieu. Là encore, la situation est sans surprise. Dans la pratique, on ne peut s’empêcher de se réjouir de voir ces personnels si fermés à l’intérêt général et à l’intérêt particulier des adhérents (obligés) du régime de goûter au délice des restructurations. Combien d’entreprises n’ont-elles pas dû entrer dans des processus douloureux simplement pour payer des sommes indues réclamées par voie d’huissier envoyé […]

Cet ancien DRH d’Auchan qui sauve les ordonnances de Macron

11 juillet 2017 Redaction 3

Laurent PIETRASZEWSKI était cadre moyen au service des ressources humaines d’Auchan, dans le Nord. Il est devenu député En Marche en juin. Rapporteur de la loi d’habilitation aux ordonnances sur le travail, il sauve la mise au gouvernement face à une France Insoumise très remontée. Personne ne le connaît, et pourtant, il est en train de sauver la mise au gouvernement. Laurent Pietraszewski, tout nouveau député En Marche du Nord, tient la dragée haute à la commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale pour sauver la loi d’habilitation dont il est le rapporteur. Une connaissance technique des dossiers La grande force de ce quinquagénaire est de bien connaître la mécanique du Code du Travail. Face à des députés insoumis batailleurs mais souvent éloignés de la portée concrète des dispositions qu’ils contestent, la maîtrise impeccable des sujets juridiques par le rapporteur constitue une digue extrêmement importante pour le gouvernement. On se demande même comment, sans lui, Muriel Pénicaud pourrait arriver à ses fins. Il faut dire que la guerre d’obstruction est farouche et les connaissances techniques à maîtriser importantes. Le rapporteur fait incontestablement le job et sera l’une des révélations de l’année d’En Marche. Un risque de conflits d’intérêts? Reste, évidemment, la question […]

Le gouvernement pas fringant sur la voie des ordonnances

11 juillet 2017 Eric Verhaeghe 0

Le gouvernement s’est engagé sur la voie des ordonnances avec de vrais points de faiblesse auxquels il faudra accorder une vigilance particulière. En particulier, la capacité politique de la ministre du Travail à tenir le débat paraît discutable face à une France Insoumise particulièrement en forme. La première journée de débat dans l’hémicycle sur les ordonnances de la loi Travail n’a pas manqué d’inquiéter les observateurs avisés. C’est une ministre mal assurée, très rivée à ses notes, très centrée sur des positions techniques, qui est apparue. Pour un peu, on aurait dit un directeur des relations sociales d’une grande entreprise en pleine négociation d’un accord sur la durée du travail avec des syndicalistes turbulents. Face à elle, Muriel Pénicaud voit se dresser un groupe France Insoumise qui avance en ordre structuré, avec des orateurs qui ont préparé leurs interventions et qui ne cèdent pas un pouce de terrain. Leur stratégie d’obstruction consiste à demander d’amender chaque article du texte en le truffant de mentions contraires à l’intention politique du gouvernement. Face à eux, il est évident que le gouvernement manque d’un répondant politique à la hauteur. Le gouvernement doit-il s’apprêter à une victoire parlementaire mais à une défaite politique? Pour […]

Au Syntec, Viviane Ribeiro se bouge pour prendre la présidence du MEDEF

10 juillet 2017 Redaction 0

Viviane Ribeiro vient d’être réélue pour trois ans présidente du Syntec, la fédération patronale des grandes entreprises de conseil. Elle espère que ce fauteuil l’aidera à se propulser à la présidence du MEDEF. Ce sera la présidentielle de 2018! Celle du MEDEF, bien sûr, avec ses candidats qui commencent à se bousculer au portillon (les candidatures seront examinées en octobre). On suivra en particulier la candidate de Viviane Ribeiro, qui vient d’être réélue pour 3 ans à la tête de la Fédération Syntec (branche du bureau d’études technique et du conseil). Les ambitions de Viviane Ribeiro À près de 65 ans, Viviane Ribeiro n’a donc pas l’air décidée à partir à la retraite. Au contraire, sa réélection à la présidence du Syntec augure de son intention de participer à un nouveau combat: la présidence du MEDEF et la succession de Pierre Gattaz, pour laquelle les candidats commencent à se bousculer au portillon (avec Alexandre Saubot, président de l’UIMM, Geoffroy Roux de Bézieux, actuel vice-président, ou Bernard Spitz, président de la Fédération des assurances). Pour ce poste, l’intéressée devrait mobiliser ses réseaux. On notera en particulier qu’elle a mené campagne pour François Fillon, dont elle fut un précieux soutien. Mais elle […]

1 22 23 24 25 26 109