Le fort mauvais départ de la négociation chômage des intermittents

30 mars 2016 Mickaël Ciccotelli 0

La proposition de cadrage financier du régime chômage des intermittents du spectacle, avancée la semaine dernière par le Medef, n’en finit pas de crisper les partenaires sociaux du secteur culturel. A quelques semaines du retour des beaux jours et de son lot de festivals, le spectre du déclenchement d’un conflit social pointe à l’horizon. Un cadrage paritaire, mais pas trop non plus S’il a bien des difficultés à entrer pleinement dans la renégociation de la convention Unédic, le Medef est en revanche tout feu tout flamme dès qu’il est question des intermittents. La semaine dernière, il a en effet invité les négociateurs de leur régime chômage à réaliser une économie de 185 millions d’euros par an d’ici à 2018, soit près du quart du déficit total de la convention Unédic. Pour le Medef, l’effort de 185 millions d’euros pourrait être réparti entre les professionnels du spectacle, à hauteur de 105 millions, et l’Etat, à hauteur de 80 millions. Les esprits chagrins relèvent que le Medef défend à la fois un schéma au paritarisme très relatif et une aggravation des dépenses publiques. La CFDT et la CFTC ont déjà fait savoir qu’elles acceptaient ce cadrage. Sur les ondes de France Inter, […]

Les enjeux de la redéfinition du licenciement économique

23 mars 2016 Redaction 0

Sécuriser la rupture du contrat de travail pour favoriser les embauches : l’idée du Gouvernement à travers la Loi Travail suit les revendications des organisations patronales et les préconisations de l’OCDE. En précisant les critères du licenciement économique tout en plafonnant les indemnités prud’homales en cas de contentieux, il s’agissait en effet de lever les craintes à l’embauche, notamment dans les TPE et PME. Le Code du Travail créé-t-il une « peur de l’embauche » ? Selon l’OCDE, « la législation de la protection de l’emploi […] décourage l’embauche en postes stables ». Entre des motifs de licenciement pas toujours bien définis, des critères à l’interprétation variable entre les juridictions et un risque financier difficile à jauger en cas de contentieux, les entreprises renonceraient parfois à s’engager dans une embauche. L’objectif de la Loi Travail est évidemment l’emploi. Elle entendait rassurer les employeurs à travers deux mesures phares : le plafonnement des indemnités prud’homales (qui devrait finalement passer à la trappe), et la redéfinition du licenciement économique, en fixant des critères objectifs et concrets, destinés à être compris et anticipés par les entreprises, tout en limitant le pouvoir d’appréciation du juge, facteur d’incertitudes. Combler les lacunes de la loi et […]

Turquie: le vrai faux accord avec l’Union

23 mars 2016 Eric Verhaeghe 0

La Turquie a-t-elle véritablement conclu un accord, vendredi, avec l’Union Européenne sur les migrants? Tout le monde le dit, mais personnellement, je ne parviens ps à y croire. Voici pourquoi. Engagements vis-à-vis de la Turquie ou de la Grèce? En lisant les conclusions du sommet, on reste quand même très perplexe. Ligne à ligne, en effet, les rédacteurs ont bien pris soin de ne rien préciser sur les contours du prétendu accord. Le point n°1 le dit clairement: Le Conseil européen confirme sa stratégie globale visant à faire face à la crise migratoire. (…) La priorité restera de reprendre le contrôle de nos frontières extérieures. Comprenne qui peut… En tout cas, le Conseil ne proclame aucune avancée tonitruante et prend bien soin d’indiquer que rien ne change. Le point n°2 insiste majoritairement sur la continuité des engagements pris envers la Grèce le 7 mars. La seule disposition qui fait allusion à un accueil des migrants hors de Grèce est la dernière du chapitre: accélérer la relocalisation depuis la Grèce, ce qui suppose de procéder aux vérifications de sécurité nécessaires; le nombre de demandes dépassant à présent le nombre d’offres, comme l’indique le rapport de la Commission du 16 mars, les États membres devraient rapidement […]

Manœuvres autour de l’Euro-croissance

23 mars 2016 Jean-Marc Boyer 0

L’ACPR au secours de l’euro-croissance L’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution a publié une note sur « la place de l’euro-croissance sur le marché français de l’assurance vie »*. En réalité, l’étendue de l’étude dépasse l’humilité apparente du titre puisqu’elle couvre : L’analyse et l’étude d’impact des services de l’ACPR (« SGACPR ») ; Une incitation à engager une réforme, en soulignant que son impact serait « limité », même dans les scénarios extrêmes (cette affirmation supposerait d’avoir un track record en la matière). Même en subliminal, il appartient au Trésor de faire les propositions réglementaires au ministre. Des recommandations de bon aloi, principalement sur l’information des assurés. Sur le fond, le projet de réforme concernant l’euro-croissance (qui comporte encore 3 options) consisterait à pouvoir transférer le prorata de plus-values latentes lors de la transformation d’un contrat euro en euro-croissance (sans frottement fiscal, comme pour les transformations Fourgous). Le Collège de l’ACPR a pour mission le contrôle prudentiel des assureurs et une transformation des contrats allégeant les garanties, va dans ce sens. Mais l’ACPR a aussi (le législateur lui ayant donné des missions contradictoires) la protection des assurés, qui -dans l’opération- perdent en garantie. Lobbying tous azimut Depuis la consultation (publique, ce qui est rare) du Trésor en octobre […]

Henri de Castries abandonne un capitalisme au bord du gouffre

23 mars 2016 Eric Verhaeghe 0

Henri de La Croix de Castries, PDG d’Axa, a annoncé qu’il quittait l’entreprise en septembre 2016. Rien n’exclut que ce départ soit contemporain d’une débâcle boursière systémique, ce qui ne manquerait pas d’ironie. Cet ancien de la promotion Voltaire laisserait alors à son successeur le soin de gérer le désordre d’un capitalisme à l’agonie auquel Castries a longtemps résisté. Castries et le capitalisme de connivence Castries n’a pas toujours fait figure de résistant au capitalisme financier et aux visages qu’il peut prendre en France. Il en constitue même une sorte de parangon pur. Ancien de Saint-Jean-de-Passy et du collège Stanislas, Castries a enchaîné les lieux d’excellence: HEC avec Denis Kesler, qu’il retrouvera quelques années plus tard à la FFSA, puis chez Axa, puis l’ENA avec François Hollande qu’il retrouvera régulièrement. Ancien inspecteur général des finances, Castries est connu pour la puissance de ses réseaux. Bien implanté dans le monde catholique, il est aussi l’un des Young Leaders (une tradition chez Axa) qui travaillent au rapprochement entre la France et les Etats-Unis, puis un important activiste du groupe de Bilderberg dont il devient président en 2011. Cette omniprésence dans les milieux d’influence caractérise la pratique française du capitalisme, obsédée par l’affectio […]

Le CPA, une rançon à la loi Travail

23 mars 2016 Mickaël Ciccotelli 2

Le CPA, dont la première naissance, paritaire, avait été douloureuse, connaît une seconde naissance, légale cette fois, qui l’est tout autant. Inclus dans le projet de réforme du Code du Travail, très controversé et donnant lieu à des tensions sociales considérables, le CPA est instrumentalisé de toutes parts comme un moyen de peser sur le devenir de la loi El Khomri. L’étrange « compte engagement citoyen » Tel qu’il avait été – difficilement – conçu par les partenaires sociaux en février et tel qu’il avait été inscrit dans le projet de loi Travail, le CPA ne rassemblait que deux éléments : le compte personnel de formation (CPF) et le compte pénibilité. Selon des modalités différentes, tous les syndicats s’accordent sur la nécessité d’une évolution progressive de cette première version du CPA. La CGT, seule organisation syndicale à ne pas avoir signé le texte de février, veut en faire une véritable « sécurité sociale professionnelle ». Plus en retrait, la CFDT, FO, la CFTC et la CGC revendiquent l’ajout de nouveaux droits. En particulier, la CFDT espère y intégrer un compte épargne temps et une prise en compte des engagements extra-professionnels. Empêtré dans le bourbier de la réforme du Code du Travail, le gouvernement a […]

Les « discriminations au travail » : une belle rente de situation

23 mars 2016 Mickaël Ciccotelli 0

« Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale » hier, « semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme » jusqu’à dimanche prochain… La « lutte contre les discriminations » s’affiche partout ces derniers temps. Au point d’en devenir, avant toute chose, une belle rente de situation pour ceux qui la mobilisent. Des frissons à peu de frais Jugeant que cet objet relevait légitimement de son champ d’action, le premier site internet français de recrutement en ligne, qapa.fr, a réalisé un sondage intitulé : « Quelles discrimination subissent les Français au travail ? » La mise en avant des principaux « enseignements » de ce sondage ne fait pas dans la demi-mesure : « Presque 2 travailleurs sur 3 victimes de ségrégation. Inégalité des sexes pour 55% des femmes et des races pour 33% des hommes. 33% des femmes et 45% des hommes ne réagissent pas… » Pour le lecteur de l’étude, les choses sont claires : il va y avoir du sang. Et du « buzz », comme on dit aujourd’hui. D’ailleurs, l’agence de presse en charge de la publicisation du sondage se nomme « BuzzPress ». Âmes sensibles, s’abstenir ! Âmes scrupuleuses également car, en matière de méthodologie, les choses se corsent très vite. On apprend d’abord que le sondage a été réalisé […]

L’euro et sa très impressionnante marche triomphale

16 mars 2016 Eric Verhaeghe 0

On s’amusera à suivre les dernières évolutions de la zone euro et de la politique monétaire qu’y mène sa banque centrale, sous la conduite de Mario Draghi. Les décisions prises jeudi à Francfort le confirment: tout va bien! et les promesses de lendemain meilleur, de prospérité continentale et d’avenir radieux se réalisent toutes les unes après les autres. La zone euro dans une mer d’huile Le moins que l’on puisse dire est que la zone euro est en pleine mer d’huile: plus rien ne s’y passe, ni croissance, ni inflation. L’économie du continent connaît une stagnation quasi-parfaite. C’est la Banque Centrale Européenne elle-même qui le dit: L’institution basée à Francfort ne prévoit plus désormais qu’une inflation de 0,1% cette année, alors qu’elle tablait en décembre sur une hausse de 1,0% des prix. (…) La révision à la baisse des prévisions de croissance est plus modeste, à 1,4% pour cette année contre 1,7% prévu en décembre. Le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro devrait ensuite croître de 1,7% en 2017 (1,9% prévu en décembre) et de 1,8% en 2018. Rappelons quand même que, depuis un an, la BCE injecte chaque mois au moins 60 milliards d’euros pour « relancer » l’inflation […]

La France blacklistée à Bruxelles

16 mars 2016 Jean-Marc Boyer 0

La France est régulièrement épinglée par la Cour des Comptes. Cette fois, elle se retrouve crucifiée* par la Commission européenne. Celle-ci place la France sous surveillance pour déséquilibres économiques excessifs en plus d’être encore sous surveillance pour ses piètres finances publiques. Réquisitoire de Bruxelles contre Paris Les griefs détaillés par Bruxelles sont accablants. En résumé du rapport** disponible uniquement en anglais (le français est pourtant langue officielle de l’UE) : – insuffisance d’exportations nettes, malgré un euro affaibli et un prix du baril effondré, dû à un manque de compétitivité ; – trop forts coûts salariaux, avec des prélèvements sociaux dissuasifs. Des prélèvements obligatoires excessifs, au dépend du secteur productif ; – des déficits budgétaires se résorbant moins vite que l’euro zone. Une dépense publique inefficace ; – une croissance potentielle qui a baissé depuis la crise de 2008, malgré une démographie dynamique. Située à 1%, cette croissance potentielle ne permet pas d’inverser la courbe du chômage ; – une dette (hors dette cachée « hors bilan ») se rapprochant des 100% du PIB, couplée avec un manque de compétitivité, est un facteur de risque pour l’avenir de la France, mais aussi -compte tenu de sa position- de l’Europe. Si les inquiétudes sur le ralentissement mondial sont […]

La Banque Postale va-t-elle s’affranchir ?

16 mars 2016 Jean-Marc Boyer 0

Les résultats nets part du groupe de la Banque Postale ont progressé à 707M€ (+4,4%), si l’on accepte l’hypothèse que les coûts du risque de crédit, rapportés aux encours, sont stables. Plus significative et réelle (aidée par l’émission Tier 2 de 750M€ fin 2015) est la croissance des ratios prudentiels (Common Equity Tier 1 à 13,2%, ratio de levier à 5,2 en tenant compte des delegated acts sur l’épargne centralisée, ratio de liquidité LCR à 2 fois le minimum). Ce sont surtout les indicateurs d’activité qui sont impressionnants : +43% en crédit immobilier, +34% en crédits entreprises et collectivités (« banque et citoyenne » ne signifie pas axé sur le particulier, mais inclut aussi le financement local). Ce dynamisme a été alimenté par la reprise de fait d’une partie des productions du CIF et de Dexia. Pour donner une image plus réaliste de la situation, il faudrait déduire de ces productions les nombreuses renégociations de crédit qui ne génèrent pas d’encours, mais font diminuer les marges nettes d’intermédiation futures dans un contexte de taux bas. La Poste, dont l’activité courrier poursuit son déclin, devient une banque, sinon universelle, du moins complète, quitte à investir dans la formation financière du réseau et dans la […]

1 44 45 46 47 48 59