Château de Villarceaux : une gestion qui prend l’eau !

La cour des comptes épingle : 4.000 visiteurs pour un coût de gestion annuel de 2.2 M€…

Le domaine de Villarceaux (700 hectares) est situé à Chaussy, Val-d’Oise, à 65 kilomètres au nord-ouest de la capitale. Il comprend deux châteaux (XVIII° et XIII°), placés dans un parc de soixante-dix hectares, un golf, une structure d’accueil et d’hébergement dans l’ancienne bergerie rénovée, une ferme avec ses terres cultivables et enfin une partie boisée…

Depuis 1989, ce vaste domaine est géré directement par la région Île-de-France, sans qu’aucun projet culturel n’ait jamais été clairement défini ! 935 000 € de frais de fonctionnement et 1,3 M€ par an en moyenne pour les travaux reconduits sur la période 2018-2022.

Ce ne sont pourtant pas les ambitions qui ont manqué : Ateliers pédagogiques au profit d’enfants des communes du Vexin. Visites du manoir. Initiation à l’apiculture. Journées européennes des métiers d’art. Expositions diverses. Concerts. Salon international de l’ours et de la poupée. Lieu de séminaire. Une « Villa Médicis » régionale. Un centre de l’histoire et de l’art des jardins…

Argent public VS intérêts privés !

Le domaine, s’il est bien géré par la région Île-de-France pour un bail emphytéotique, n’en est pas moins la propriété depuis 1971, de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme, une personne morale de droit suisse, dont le siège est à Lausanne.

Depuis 1989 la charge financière de l’entretien des châteaux revient donc à la région Île-de-France, sur les deniers publics, louable collaboration pour la sauvegarde du patrimoine francilien…

Mais je tiens à rassurer ceux qui pourraient s’émouvoir des relations avec notre voisin helvétique, la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme, continue à administrer l’hébergement à la Ferme de la Bergerie et au golf, les deux biens « rentables » du domaine.

3 commentaires sur Château de Villarceaux : une gestion qui prend l’eau !

  1. Je ne sais qui est l’auteur de ce ramassis d’erreurs et d’absurdité sur Villarceaux. Certainement pas un journaliste, car généralement il se renseigne avant de donner des chiffres et d’affirmer des contre-vérité. A l’évidence, c’est quequ’un qui ne connait pas villarceaux et ni a jamais mis les pied. Pour exemple, la région gére seulement les châteaux, soit 70 hectares suite à un bail emphytéotique. Les 730 hectares restant sont administrés par une association sportive, un fermier qui cultive les terres en bio, une association pour la gestion de l’oecocentre….le nombre de visiteurs annuel dépasse les 50 000 grâce à de nombreuses manifestations culturelles…

    • Cher Monin, ami de Villarceaux.
      Tout d’abord, je tiens à vous remercier de votre intervention, les amis sont faits pour ça.
      Je conviens que les informations données dans cet article ne sont pas très réjouissantes et je tiens à vous donner raison, elles n’ont pas été écrites pas un journaliste, mais par une institution qui je le pense vous inspirera, sinon de les considérer véraces tout au moins de les regarder à deux fois.
      Laissez-moi vous présenter le « Compte » de Villarceaux… Non sur sa statue équestre hélas, mais plutôt les « grands chevaux » de la cour des comptes, qui m’ont inspiré. (En rouge dans le chapeau)
      À sa lecture exhaustive vous y trouverez sans doute matière à déception, je vous souhaite cependant d’en rester un ami, Villarceaux est magnifique et en a besoin.
      Bien cordialement. Pierre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
La violence, seule réponse possible pour refuser l’installation d’un compteur Linky ? Peut-être…

Les violences faites aux techniciens d'Enedis se multiplient. Si la société se désole de ces cas extrême, il faut rappeler...

Fermer