Châtres-sur-Cher : les kinésithérapeutes font expulser une ostéopathe et une psychologue de la maison de santé !

Présentes dès l’ouverture de la Maison de Santé Pluridisciplinaire (MSP) en 2015, une ostéopathe et une psychologue se sont vues notifier leur interdiction d’exercer dans la MSP par des institutions de masseurs-kinésithérapeutes. Une décision qui va à l’encontre de l’intérêt général. 

La hache de guerre entre médecine traditionnelle et médecine alternative n’est pas prête d’être enterrée. A Châtres-sur-Cher, ce sont les premiers qui ont dégainés et qui sont en passe de remporter le duel.

Les kinésithérapeutes font expulser une ostéopathe et une psychologue

L’affaire remonte au 4 avril 2018. Alors que dans la maison de santé pluridisciplinaire (MSP) se côtoient paisiblement huit praticiens (deux médecins généralistes, trois infirmières, une psychologue, une ostéopathe et un kinésithérapeute), un huissier de justice fait irruption et notifie à la psychologue et l’ostéopathe leur expulsion de la MSP. 

La requête émane de l’Union régionale des professionnels de santé des masseurs-kinésithérapeutes libéraux du Centre-Val de Loire et du conseil départemental de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes de Loir-et-Cher.

Le docteur Michel Daunay, qui a porté le projet de la MSP à Châtres-sur-Cher, explique qu’en « mars 2015, nous avons reçu une lettre du conseil départemental de l’ordre des kinésithérapeutes, nous disant qu’il était anormal qu’une ostéopathe soit installée dans les locaux. J’ai appelé l’Agence régionale de santé qui m’a rassuré en me signifiant que cette professionnelle pouvait rester. « 

De son côté, Etienne Panchout, président du conseil départemental de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes déclare « n’être en guerre contre personne mais la MSP de Châtres-sur-Cher ne respecte pas la législation. »

Nous n’avons rien contre les ostéopathes exclusifs, mais réunir dans les mêmes locaux des professionnels sans fondement scientifique et d’autres qui relèvent de la médecine et des sciences peut perturber les patients dans le choix des thérapies. Si elles n’ont pas le droit de travailler dans la MSP, l’ostéopathe et la psychologue peuvent s’installer à côté. Nous essayons de faire respecter la déontologie et le cadre réglementaire d’exercice. A un moment donné, il faut que chaque professionnel fasse un effort pour prouver sa pratique. Si nous avons écho de pratiques semblables ailleurs, nous enverrons également un courrier et si rien n’est fait, nous irons plus loin. 

La psychologue, une victime collatérale ?

Si la motivation des institutions de kinésithérapeutes d’expulser l’ostéopathe de la MSP est clairement exprimée, les motifs sont beaucoup moins clairs concernant le cas de la psychologue. Contactée par nos soins, Sylvie Doucet-Lauverjat, maire de Châtres-sur-Cher, ne peut, elle aussi, que supposer. 

Je pense aussi qu’il s’agit d’une victime collatérale. Sur le plan juridique, l’ostéopathe n’est pas enregistrée comme une professionnelle de santé du fait de sa pratique. Le cas de la psychologue est plus complexe car la psychologie est enregistrée au Répertoire Partagé des Professionnels de Santé, à l’Adeli et elle peut exercer dans les hôpitaux. Mais légalement, elle n’est pas non plus une professionnelle de santé stricto sensu. Je pense donc que c’est dans un souci de cohérence que les deux praticiens ont été visés.

Plus surprenant, Madame Doucet-Lauverjat nous informe que seule la psychologue est en possession de la requête de l’huissier. L’ostéopathe n’étant pas sur place au moment de la venue de l’huissier de justice, il n’a pu lui remettre la lettre. « Depuis, les deux praticiennes travaillent presque normalement, mais l’huissier de justice n’est pas revenu. On ne sait pas s’il fera son retour.« 

Le soutien aux deux praticiennes contre le corporatisme des kinés

Les deux praticiennes visées par l’ordre d’expulsion de la MSP ont reçu un soutien sans faille de la part de nombreux acteurs de la région. D’abord de Sylvie Doucet qui affirme « qu’il est hors de question qu’elles partent de la MSP. S’il faut construire une cloison ou une porte pour les mettre légèrement à l’écart, on le fera.« 

Leurs collègues de la MSP ont aussi exprimé leur soutien. Michel Daunay explique que le kinésithérapeute « était au courant de la présence d’une ostéopathe et cela ne lui posait aucun problème. » Ce dernier reconnait même qu’ils sont « complémentaires ». 

Parallèlement à cela, l’Agence Régionale de Santé, le Conseil Régional, le département qui sont tous financeurs de la MSP ont aussi exprimés leur soutien aux praticiennes. Un voeu partagé par Guillaume Peltier, député LR du Loir-et-Cher. 

Une pétition en ligne a même été lancée. A l’heure où nous écrivons l’article, elle comporte déjà 3 140 signatures alors que la commune ne compte qu’environ 1 000 habitants. En attendant, les deux praticiens continuent d’exercer à la MSP. Mais pour combien de temps encore ?

Joint par téléphone, Philippe Gouet, président de l’Union Régionale des Professionnels de Santé Masseurs-Kinésithérapeutes Libéraux n’a pas souhaité s’exprimer. 

C’est l’incompréhension chez nous. La décision des kinésithérapeutes va à l’encontre de l’intérêt général. Ce corporatisme est incompréhensible.

 Ce que l’on ne comprend pas, c’est que si les deux praticiens ne travaillaient pas dans la MSP mais un peu à côté, il n’y aurait aucun problème. 

Alors contre ça, on note la solidarité des collègues des deux praticiens de la MSP. Ils sont allés jusqu’à menacer de partir s’ils étaient expulsés. 

De nôtre côté, il ont aussi notre entier soutien. S’il faut aller en justice pour les défendre, alors nous ferons ce qu’il faut!

Sylvie Doucet-Lauverjat, maire de Châtres-sur-Cher

1 commentaire sur Châtres-sur-Cher : les kinésithérapeutes font expulser une ostéopathe et une psychologue de la maison de santé !

  1. Le titre de l’article est inexact : il aurait fallu mettre  » le consei lde l’ordre des kinés veut expulser etc… » car vous donnez à penser que les kinés de la maison de santé demandent le départ des personnes concernées et ce n’est pas le cas. Et il aurait fallu signaler que l’ostéopathe et la psycho disposaient d’un contrat de bail régulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Nouvelle flambée d’inquisition féministe en France

L'inquisition féministe ne devrait pas s'arrêter de sitôt en France. L'accusation portée par une FEMEN contre le comédien Philippe Caubère,...

Fermer