Au CHU de Limoges, 7% des effectifs sont en arrêt maladie chaque jour

Florence Metge, secrétaire générale de la CGT au CHU Limoges, a donné une interview tonitruante sur la réalité de l’absentéisme dans la structure publique dont elle est déléguée syndicale. En voici le résumé:

Le personnel du CHU de Limoges vit de plus en plus mal ses conditions de travail selon la CGT qui tenait son congrès ce jeudi. Florence Metge, secrétaire générale du syndicat au CHU déplore une situation intenable, avec 500 arrêts maladies par jour et un nombre de remplaçants nettement insuffisant.

Les personnels du CHU de Limoges sont usés, épuisés et stressés selon Florence Metge, secrétaire générale de la CGT dans l’établissement. Son syndicat dénombre 500 personnes en arrêt maladie par jour, soit 7% de l’effectif. « C’est énorme et ça touche aussi bien les soignants que les administratifs et les personnels techniques. Cette situation qui perdure engendre des grosses difficultés dans la prise en charge des patients » précise Florence Metge. Un constat qui vaut autant pour les services de soins que pour la cuisine centrale chargée de produire les repas et pour la blanchisserie qui traite tout le linge de l’hôpital.

Les absences non remplacées finissent par engendrer de nouveaux arrêts maladie

Selon la secrétaire générale de la CGT, entre les maladies classiques, les congés maternités et l’absentéisme lié à des longues maladies, le « pool de 40 remplaçants » est nettement insuffisant pour faire face. Du coup, ce sont les autres personnels qui compensent et qui finissent parfois par faire des burn out. « On est appelés à revenir sur les repos, à travailler la nuit, à revenir sur les congés annuels » explique encore Florence Metge. Du coup, « les personnels n’ont plus leur repos quotidien, ils sont appelés chez eux plusieurs fois par l’encadrement en difficulté pour faire les plannings, c’est un rythme très épuisant.

Fatigue physique et fatigue psychologique

A cela s’ajoute le stress et la peur de ne pas pouvoir prendre en charge correctement les patients voire de faire une erreur. « Plus on est fatigués et stressés, plus le risque d’erreur existe » résume la syndicaliste qui évoque aussi le fait d’être « insatisfait de la qualité des soins qu’on produit. »

La solution : des embauches

Pour remédier à cette fatigue physique et morale, la CGT ne voit qu’une solution : des embauches. Il faudrait aussi qu’il y ait un véritable dialogue avec la direction plaide Florence Metge qui déplore le manque d’investissement dans le personnel. « Notre directeur investit dans l’immobilier pour restructurer l’hôpital qui certes en a besoin, mais il faut investir aussi dans l’humain pour palier cette catastrophe. »

Réécoutez l’interview de Florence Metge en intégralité ▼

print

2 commentaires sur Au CHU de Limoges, 7% des effectifs sont en arrêt maladie chaque jour

  1. LA vraie solution : trois jours de carence, autorisation des contrôles à domicile, remboursement des indemnités non dues, contrôle des médecins qui font de l’arrêt au km contre augmentation réelle du prix de la consultation, suppression du tiers payant, en bref la fin du communisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Le reporting comme outil de lutte contre la fraude interne, par Quentin Rousseau

Selon une étude DFCG/Euler Hermes* publiée en avril 2016, la fraude interne représente 18% des fraudes dont sont victimes les...

Fermer