Cigarettes whisky et PokemonGo

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 935 fois

Cet article a été écrit par Vincent Fromentin sur le site La Lettre de Galilée

 

La Lettre de Galilée prend quelques vacances. Après une année de bons et loyaux services, 117 articles, 15 000 visites mensuelles sur son site et 110 000 abonnés à la newsletter chaque mardi, La Lettre de Galilée va s’oxygéner pour mieux vous retrouver à la rentrée…

Selon une révélation du Figaro, la Ministre étudierait la possibilité de publier un décret insérant un nouvel article dans le Code de Santé Publique, en examen au Conseil d’État, qui permettrait tout simplement d’interdire à la vente les paquets de cigarettes Gitanes, Gauloises, Lucky Strike, Vogue, News, Fortuna ou encore la version Gold de Marlboro ! Appuyant son argumentation sur l’application d’une directive européenne de 2014 sur les produits de tabac qui “interdit tout élément publicitaire ou trompeur sur les produits du tabac“, le décret permettrait d’interdire purement et simplement la vente de certaines marques en refusant leur inscription sur la liste des prix en raison de critères discriminants (masculinité, virilité, féminité, minceur, jeunesse, icône, vie sociale ou encore succès…). La nouvelle fait le buzz au point que les industriels du tabac sollicitent un entretien avec Manuel Valls.

C’est François Béguin dans le Monde qui précisera les choses et apportera un démenti. L’interdiction ne concernerait que “les mentions “à faible teneur en goudron”, “léger”, “ultra-léger”, “doux”, “naturel”, “bio”, “sans additifs”, “non aromatisé” ou “slim”. Doit également être banni tout ce qui pourrait “induire les consommateurs en erreur en suggérant des effets bénéfiques en termes de perte de poids, de “sex appeal”, de statut social, de vie sociale ou de qualités telles que la féminité, la masculinité ou l’élégance”. “On se demande en quoi une dénomination telle que Gauloises peut évoquer la féminité”, fait-on valoir au ministère de la santé pour signifier que des marques comme Gauloises, Gitanes ou Lucky Strike ne devraient pas être concernées par le décret. Des marques liées à un autre univers, comme la mode ou le luxe, pourraient en revanche être touchées par le futur décret. (…) Le patrimoine tabagique national sera donc sauf”, tempère le journaliste.

Coup de bluff ? Coup raté ? Lobbying des cigarettiers ? En attendant le paquet neutre, la fiscalité reste toujours avantageuse pour les industriels du tabac depuis le bidouillage scandaleux de Bercy… Alors que la cigarette reste la première cause de mortalité évitable en France, responsable de 90 % des cancers du poumon et de 73 000 décès prématurés chaque année dans notre pays.

Lire : le lobby des cigarettiers met à mal la politique anti-tabac.

Il nous reste le whisky alors. Dès janvier, Claude Evin avait alerté sur les risques de la loi santé et avait estimé dans le Journal du Dimanche que “le combat contre l’alcool était en train d’être perdu“. Cela n’a pas manqué : au lendemain du vote, on a vu fleurir partout des publicités pour l’alcool. Jusqu’à aboutir lors de l’Euro 2016 à une situation paradoxale, jouant avec la loi : une marque de bière comme sponsor officiel de l’événement, des débordements liés à l’alcool (vente autorisée d’alcool dans les fan zones) et des arrêtés préfectoraux de dernière minute pour interdire la vente d’alcool… C’est à se demander qui est le plus ivre…

Alors il ne reste qu’à suivre les conseils de notre Ministre de la Santé pour aller attraper les monstres de PokemonGo

Crédits photos : Phil Long.
print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Financement syndical: le Conseil d’Etat provoque un tsunami

La France est malade de son financement syndical. Pour compenser un taux d'adhésion très faible (et donc un manque de...

Fermer