Les compteurs électriques Linky dans le viseur de la Cour des comptes

Coûteux pour les usagers, avantageux pour Enedis (ex-ERDF), voici tout ce qu’il y a à retenir du chapitre sur les compteurs électriques Linky dans le rapport de la Cour des comptes. Ce dernier devrait largement conforter les jugements très critiques des mouvements solidaires qui se développent partout en France.

A mesure que les nouveaux compteurs gagnent du terrain en France (on parle de 39 millions de compteurs connectés d’ici 2024), la fronde s’organise d’autant plus. Le site internet Stop Linky 68 regroupe treize collectifs à Mulhouse, Balschwiller ou encore Bréchaumont. 

Et la publication de la Cour des comptes sur le sujet devrait faire plus qu’apporter de l’eau au moulin des opposants puisqu’elle montre un outil plus favorable à Enedis qu’aux usagers. 

Un coût de 5,7 Md€ supporté par les usagers

Le montant évoqué par le rapport est faramineux. Ramené au nombre de compteurs mis en service, il revient à 130€ entièrement à la charge du foyer. Consolation : le rapport explique que ce coût a en plus été optimisé au maximum en rognant sur d’autres dépenses.

La première qui a subi quelques coupes : la communication aux clients. En somme, « le temps total de pose est en moyenne de 30 minutes« , soit un laps beaucoup trop court laissé à l’installateur pour expliquer les subtilités du système. 

Des gains pour les consommateurs beaucoup plus faibles que prévu

Là où le bât blesse, c’est quand le rapport évoque les gains potentiels pour le consommateur. D’abord parce que la rentabilité économique aurait été vue avec beaucoup d’optimisme. La durée de vie des compteurs pourrait être plus faible que prévue et l’intégralité des coûts des systèmes d’information n’a pas été prise en compte.

« Ainsi, au total, le bilan économique du programme pourrait être, en prenant en compte les corrections de la Cour, pour le périmètre de la
distribution, légèrement négatif (compris entre 0 et -0,2 Md€ sur la période
2014-2034).« 

Enedis, seule gagnante des installations

Quel intérêt d’installer ces nouveaux boîtiers ? Pour la Cour, seule la société Enedis bénéficie des retombées économiques. D’abord parce qu’elles sont moindres pour le consommateur. On pourrait presque évoquer une tromperie sur la marchandise. 

Mais surtout parce que le financement est assuré par l’utilisateur alors que celui d’Enedis profite de conditions avantageuses. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a mis en place un différé tarifaire qui permet à Enedis de garder l’entièreté de ses gains et bénéfices jusqu’à ce que 90% de la totalité des compteurs soient posés. En attendant, le consommateur paie sa redevance et le prix de l’installation mais ne bénéficie pas des retombées escomptées. 

Et même mieux, c’est le consommateur qui paie l’intégralité de l’avance faite au groupe Enedis. 

Le financement du différé est réalisé, pour la première tranche (3 millions de compteurs), sur fonds propres d’Enedis et, pour la deuxième tranche (31 millions de compteurs), notamment par un prêt intragroupe au taux de 0,77 % adossé à un financement de la Banque européenne d’investissement (BEI). Enedis bénéficie donc d’un différentiel de rémunération de 3,83 %, pour la part financée par le prêt intragroupe. En faisant l’hypothèse que 10 % du montant total du différé est financé sur fonds propres et que le complément est financé par emprunt au taux de 0,77 %, le coût moyen du différé serait pour Enedis de 1,8 %, soit une marge de 2,8 % correspondant à un surcoût pour les usagers de 506 M€ en euros courants et de 464 M€2014 en euros constants sur la période 2014-2031.

La Cour conclut en estimant que « le système n’apportera pas les bénéfices annoncés en matière de maîtrise de la demande d’énergie. » Si ces boîtiers sont censés rendre plus lisible la consommation énergétique des foyers, c’est un véritable labyrinthe pour obtenir l’information voulue. 

Dans sa réponse, « la CRE et son Président défendent la mise en œuvre de ce compteur intelligent que beaucoup de pays européens ont déjà mis en place : c’est une des conditions de la révolution écologique indispensable à la maîtrise du réchauffement climatique. » On regrettera juste que ce soit le consommateur qui doit en assumer le coût, d’autant plus qu’il n’en avait pas été informé. 

2 commentaires sur Les compteurs électriques Linky dans le viseur de la Cour des comptes

  1. surtout quand vous recevez votre facture papier bien vérifier si la consommation e la bonne un exemple ma dernière facture reçue en janvier une hausse vertigineuse !!! je controle avec mon compteur …. je payais une consommation non encore consommée !! n’hésitez pas à vous plaindre et a demander une facture rectificative

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
De l’amour des autres, de la vie à la mort, par Sandra Blanc Mesnel

Cette publication a été publiée via Linkedin. Un job pas tout à fait comme les autres. « Il est 4h du matin,...

Fermer