Conflit à la SNCF: Elisabeth Borne bientôt fusible du gouvernement?

Crédit: Matignon

La gestion des négociations avec les cheminots par Elisabeth Borne semble de moins en moins tenable. Les syndicats demandent à ne plus négocier avec elle et en appellent directement au Premier Ministre. Voilà qui sent le remaniement ministériel.

Les syndicats de cheminots, plongés depuis plusieurs semaines dans une négociation épineuse avec leur ministre de tutelle Elisabeth Borne, semblent avoir pris par la presse que la fin du recrutement au statut était programmée pour 2020, et que le fret ferroviaire serait filialisé. Ces annonces sont probablement la goutte d’eau qui fait déborder le vase, après de longues séances chahutées où la ministre n’a pas donné le sentiment de prendre au sérieux les revendications des cheminots.  

En particulier, on se souvient que les syndicats demandent de longue date à connaître le contenu de la future convention collective du rail avant de négocier la fin du statut de la SNCF. Cette revendication qui ne paraît pas aberrante constitue aujourd’hui le principal facteur de blocage dans un conflit qui semble perdre de son intensité.  

On notera toutefois que la question de la « convergence des luttes » est clairement posée, même s’il est peu probable qu’elle se réalise effectivement. Certains, à la base de la CFDT, n’ont pas exclu, à ce stade, de s’y rallier en dernier ressort. Ce point en dit long sur le sentiment de rupture avec le gouvernement.

2 Trackbacks & Pingbacks

  1. Et si le gouvernement se passait de la CFDT? Quelles en seraient les conséquences? - Jusqu'ici, tout va bien...
  2. Et si le gouvernement se passait de la CFDT? Quelles en seraient les conséquences? - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La mairie d’Auriol emploie « au black » un agent pendant plus de 3 ans !

La Chambre Régionale Provence-Alpes-Côte d'Azur de la Cour des comptes explique dans son rapport d'observations que la mairie d'Auriol a...

Fermer