Conventionnement sélectif des médecins : les généralistes sont prêts à raccrocher massivement

Le rapport de la Cour des comptes sur l’avenir de l’assurance maladie qui proposait de conventionner de manière sélective l’installation des médecins, ne plaît définitivement pas à la cible concernée. Dans un sondage lancé par Le Généraliste, 73% des professionnels ayant répondu seraient prêts à raccrocher si le dispositif était mis en place. 

C’est une mesure qui fait débat. Le conventionnement sélectif des médecins libéraux dans les zones sur denses, les inciterait fortement à s’installer dans les zones où les médecins manquent. S’ils souhaitent s’installer en zone surdotée, ils devront soit remplacer un confrère, soit renoncer au conventionnement de la sécurité sociale ce qui implique un déremboursement des patients.

Nous vous en parlions hier, le Conseil économique social et environnemental veut supprimer la liberté  d’installation des médecins en instaurant le conventionnement sélectif, validant ainsi cette proposition inscrite dans un rapport de la Cour des comptes. La profession a immédiatement rejeté ce dispositif. Preuve en est avec un sondage qui permet de constater qu’une grande partie des généralistes seraient prêt à déplaquer. 

Une mesure coercitive pour les médecins

Plusieurs suggestions offensives de la Cour des comptes n’ont pas plu aux médecins. Revoir l’organisation de la participation à la permanence de soins ou encore encadrer plus strictement les dépassements d’honoraires font partie des mesures coercitives que la Cour des compte assume pleinement.

Mais la plus inquiétante pour la profession réside dans le conventionnement sélectif proposé par la Cour des compte au vu de l’inefficacité des mesures incitatives. Ce dispositif vise à diriger l’installation des médecins dans les zones sous denses, autrement dit les déserts médicaux.

A ce titre, un site spécialisé dans l’information médicale a lancé un sondage auprès des généralistes pour prendre la température. Et sur les 346 réponses obtenues, 73% se disent prêt à raccrocher si le système était mis en place, tandis que 17% estiment qu’il est difficile de se prononcer. Seul 10% continuerait de pratiquer. Un échantillon déjà représentatif du mauvais accueil fait à ces recommandations dans la profession…

Certains libéraux ont déjà raccroché

Si le président de la 6e chambre de la Cour des comptes estime qu’il faut « agir par le biais de la politique conventionnelle pour régler les problèmes d’accès aux soins », certains ont déjà pris les devants en raccrochant. Parmi les réponses au sondage, quelques praticiens sont plus que pessimistes et disent avoir « flairé les ennuis à venir » quand ils ont cédé leur clientèle à un confrère « mais qui ne va pas exercer très longtemps encore ». D’autres qui ambitionnaient de reprendre une succession abandonnent en raison de « trop de tracasseries administratives ».

Et si la Cour des comptes se met à dos les médecins libéraux, la lutte contre les déserts médicaux n’est pas gagnée…

« Un système de conventionnement sélectif par l’assurance maladie applicable à tous les professionnels de santé libéraux, conditionnés à la vérification qu’un besoin de santé existe bien sur le territoire d’installation prévue, devrait être sérieusement envisagé »

Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Le coût du travail augmente plus vite que le temps de travail

L'Insee a rendu, ce mardi 19 décembre, son rapport sur l'Indice coût du travail (ICT) au troisième trimestre 2017. On apprend...

Fermer