Coup de théâtre : la Banque de France dément tout accord avec la fédération des buralistes pour la vente de Bitcoins

Mea culpa. Les buralistes pourront bien vendre des portions de cryptomonnaies à partir du 1er janvier 2019. Mais contrairement à ce qu’affirmait Europe 1, la Banque de France et la Fédération des Buralistes récusent tout accord.

via GIPHY

Hier, nous étions tout content d’annoncer que les buralistes, en accord avec la banque de France, se mettraient à vendre du Bitcoin, du moins des portions de la plus célèbre des cryptomonnaies sous la forme de tickets d’une valeur de 50 à 250€.

Seulement, la Banque de France a immédiatement réagi, à l’information révélée par Europe 1, dans un communiqué qui ne laisse que peu de place à l’ambiguïté. 

Aucun accord discuté ni envisagé

Il est vrai que les dernières sorties de la Banque de France aurait pu (dû) mettre la puce à l’oreille. L’instance financière ne cesse de se montrer méfiante à l’égard du développement des cryptomonnaies pointant notamment du doigt leur intraçabilité, leur anonymat (on préférera même le terme « pseudonymat ») et leur haute volatilité. 

Ainsi, la BF déclare que « contrairement à ce qui a été affirmé ce matin par certaines stations de radio, sans vérification préalable, aucune convention n’a été signée afin de permettre la vente de bitcoin dans les bureaux de tabac. »

Aucun accord n’est par ailleurs discuté ni envisagé sur le sujet.

Communiqué de la Banque de France

La Banque de France conclut en affirmant que les cryptomonnaies sont « purement spéculatives et ne sont pas des monnaies. » Pour autant, les buralistes vendront bien, à partir du 1er janvier 2019, des tickets Bitcoins.

La société Bimedia, qui fournit des terminaux d’encaissement aux bureaux de tabac, permettant notamment de vendre des produits dématérialisés (cartes de paiement, recharges de crédit téléphonique…), a signé un accord avec la plateforme KeplerK qui propose des cryptomonnaies, a indiqué la confédération à l’AFP. 

Au terme de cet accord, les buralistes vont, « à compter du 1er janvier, commercialiser des coupons de 50, 100 ou 250 euros convertibles sur le site KeplerK, en bitcoins ou en ethereum », a précisé un porte-parole. Une restriction d’âge fixée à 18 ans sera mise en place pour s’offrir ces cryptomonnaies.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Un expert financier estime que les pays musulmans devraient réfléchir à l’utilisation des cryptomonnaies, même si elles sont haram

Les experts islamiques n'ont toujours pas produit de position commune sur la question des cryptomonnaies alors qu'elles continuent de se...

Fermer