Croissance en berne ! L’objectif gouvernemental s’éloigne…

Ralentissement de la croissance confirmé au 2° trimestre. Résultat d’une consommation en berne, de la hausse du pétrole et de la fiscalité. L’objectif d’atteindre 2% de hausse du PIB en 2018 s’éloigne pour de bon.

via GIPHY

Cette décélération de la croissance sur la première partie de 2018 intervient après une année 2017 marquée par une croissance de 2,2% largement supérieure aux attentes…

L’effet « nouveau président » ne serait-il plus qu’un souvenir ?

Le pessimisme du début d’année s’est confirmé au 2° trimestre. Seulement 0,2% du Produit intérieur brut (PIB) d’un trimestre à l’autre. Un chiffre inférieur aux attentes.

L’Insee prévoit une stagnation et un résultat à 1,3% en fin d’année. La Banque de France est légèrement plus optimiste avec 1,8%.

Une accélération sur la deuxième partie de l’année ?

De nombreux analystes économiques jugent l’objectif de 2% : injouable, difficilement atteignable ! Hausse du chômage le mois dernier… Croissance en berne… Affaires Benalla… Que de bonnes nouvelles pour le gouvernement  cet été !

Les Français ne consomment pas ! Même vainqueurs de la coupe du monde !

La consommation est la principale responsable. Les ménages ayant fléchi de 0,1% au deuxième trimestre, contre une hausse de 0,2% au premier.

C’est la vraie faiblesse. La consommation des ménages a été pénalisée par les effets fiscaux au premier trimestre. La hausse de la CSG et celle des taxes sur l’essence ont rogné le pouvoir d’achat des Français. Avec une croissance inférieure aux attentes, « la vraie question devient désormais celle du respect de l’objectif de réduire le déficit à 2,3% cette année… Je pense qu’il restera autour de 2,6%, comme l’année dernière. 

Waechter. Natixis AM

Tassement de croissance

Il y a un tassement de la croissance partout en Europe, mais en France il est beaucoup plus marqué qu’ailleurs. Il y a le choc spécifique de la fiscalité. On peut espérer une sensible amélioration en fin d’année avec la première réduction de la taxe d’habitation, en vue de sa suppression d’ici 2022 pour 80% des Français. Mais elle arriverait trop tardivement pour donner une impulsion déterminante à la croissance en 2018. D’autre part une augmentation des impôts renforcerait les problèmes et des mesures d’économies supplémentaires pourraient aussi affaiblir la demande. Du coup, il faudrait laisser le déficit se creuser par rapport aux objectifs…

Plane. Économiste à l’OFCE

Investissement des entreprises en hausse

Contrairement à la consommation, les investissements des entreprises, qui ont bénéficié ces dernières années de nombreuses mesures favorables de la part du gouvernement, ont accéléré avec une hausse de 1,1% d’un trimestre à l’autre, après 0,1% sur les trois premiers mois de l’année.

Le commerce extérieur a en revanche eu un impact négatif de 0,3 point sur le PIB, avec une accélération des importations de 1,7% au deuxième trimestre, contre un recul de 0,3% au premier, qui n’a été que partiellement compensé par un rebond des exportations de 0,6% après avoir cédé 0,4% en début d’année.

Je salue les juilletistes bientôt sur le retour. Et les Aoutiens sur le départ. Attention à vos dépenses. Gardez-en un peu pour les impôts !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Le Perthus, la commune en excédent budgétaire qui pourrait bientôt ne plus collecter d’impôts locaux

La Chambre régionale des comptes Occitanie estime que la commune de Le PErthus, à la limite de la frontière espagnole,...

Fermer