Cryptomonnaie : Playboy poursuit Global Blockchain Technologies après s’être fait poser un lapin

Annoncé en grande pompes, le partenariat entre Playboy et Global Blockchain technologies ne verra finalement jamais le jour. Le géant du divertissement pour adultes explique mener une action en justice contre l’entreprise de blockchain pour rupture de contrat et fraude. 

via GIPHY

Et si divertissement pour adultes et cryptomonnaies faisaient chambre à part ? Alors que les deux milieux semblent être en bon termes surtout quant à l’intégration des technologies blockchain et à l’utilisation des cryptomonnaies, l’entreprise Playboy a fait savoir qu’elle allait poursuivre l’une des plus grande société blockchain : Global Blockchain Technologies.

L’entreprise au lapin rose reproche à GBT de ne pas avoir respecté un contrat qui prévoyait l’intégration de la blockchain mais aussi l’utilisation de cryptomonnaies sur la plateforme Playboy TV.

Lapin numérique, carotte bien réelle…

Comme nous le disions précédemment, le milieu du divertissement pour adultes est particulièrement réceptif aux nouvelles technologies et en particulier à la technologies blockchain et aux cryptomonnaies qui permettent de sécuriser et d’anonymiser les transactions.

Et l’entreprise du défunt Hugh Hefner ne fait pas exception à la règle. La marque Playboy n’est plus à présenter. Pour autant, son produit phare qu’est le magazine de charme accuse un coup de moins bien, comme toute l’industrie du papier. 

Pour diversifier ses activités, Playboy avait lancé PlayboyTV, sa chaîne payante dès 1986. Mais là encore c’était posé la question de l’anonymat puisque pour régler le paiement il fallait utiliser sa carte de crédit. 

L’arrivée des cryptomonnaies était alors vue comme une bénédiction. En mai dernier, Playboy Entreprises annonçait un partenariat avec la société canadienne Global Blockchain Technologies pour l’intégration de token, les Vice Industry Token, dans la plateforme PlayboyTV. Par ailleurs, GBT devait verser 4 millions de dollars à l’entreprise à la firme du divertissement pour adultes.

Mais le projet ne verra finalement jamais le jour. D’après BusinessInsider, le développement de ce projet aurait finalement été arrêté, Playboy accusant GBT de ne pas avoir respecté l’accord. 

La firme accuse l’entreprise canadienne de ne pas être en mesure de livrer le produit demandé, d’avoir mis fin au contrat, tout en ayant jamais versé lesdits 4 millions de dollars. Une action en justice est en cours.

De son côté, Global Blockchain technologies explique que le procès est bidon, voire carrément « frivole ». Pour autant, aucune date de comparution n’a encore été fixée, les délais peuvent encore considérablement s’allonger. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Pour en finir avec la bombe Kohler et la paranoïa des affaires Macron

Après l'affaire Benalla, Le Monde relaie des documents peu intéressants de Mediapart sur Alexis Kohler, secrétaire général de l'Élysée. L'intéressé...

Fermer