Culture Viande défend un protectionnisme carnivore

On lira, dans la dernière publication de Culture Viande, le syndicat des entreprises françaises de viande, un compte-rendu de la dernière réunion au ministère de l’agriculture des syndicats de la filière bovine:

Le ministère de l’agriculture réunissait mercredi 14 septembre l’ensemble des acteurs de la filière bovine dans l’objectif de faire un point sur la conjoncture et sur les soutiens des pouvoirs publics aux éleveurs. Tous les acteurs ont fait le constat d’un engorgement du marché dû à une augmentation des disponibilités en vaches laitières et en vaches allaitantes. La surproduction n’est pas circonscrite à la France : elle est une réalité qui s’étend à l’ensemble de l’Europe. Culture Viande, appuyé par d’autres participants, a insisté sur le fait que cet afflux d’offre ne pourra pas trouver de débouchés et que des mesures d’urgence s’avèrent indispensables. Face à cette situation, le ministère a sollicité la Commission européenne pour que des mesures de gestion de marché puissent être prises.

Culture Viande a également appelé à ce que les acteurs d’aval favorisent un approvisionnement « origine France ». Les progrès sont possibles sur ce point en RHD, notamment chez les acteurs du fast food, ainsi qu’en grande distribution pour les viandes hachées surgelées ou les plats préparés. Face à une situation de crise majeure pour la filière française, le développement des approvisionnements nationaux constitue une priorité. Car les viandes françaises ont pour principal débouché le marché intérieur. L’ensemble des maillons de la filière doivent être mobilisés pour le développer. La question de la consommation et de la place des viandes françaises dans les assiettes de nos concitoyens reste un enjeu majeur pour la filière.

print

1 commentaire sur Culture Viande défend un protectionnisme carnivore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Faut-il stigmatiser les climato-sceptiques?

Cet article est paru sous le titre "Climat : la science, la politique et l’expertise" sur le site The Conversation. Il est rédigé par...

Fermer