Trop de charges, une fiscalité trop lourde, le grand spleen des professions libérales

Article sur les charges des professions libérales paru sur le Quotidien du Médecin, sous la signature de Henri de Saint-Roman.

L’Union nationale des professions libérales (UNAPL) organisait vendredi 2 décembre à Paris son 24e congrès. À cette occasion, l’organisation présidée par le Dr Michel Chassang, ancien président de la CSMF, a présenté les résultats d’un sondage Harris Interactive sur l’état d’esprit et les attentes des professions libérales à l’approche de l’élection présidentielle (*).

Ces professionnels ont-ils confiance en l’avenir ? Pas vraiment, à en croire l’enquête. 79 % d’entre eux se déclarent inquiets pour l’avenir de leur activité libérale, voire très inquiets pour 32 %. Seuls 20 % d’entre eux affichent un optimisme raisonnable.

Les conditions d’exercice des professions libérales font également réagir. 85 % des personnes interrogées jugent que ce thème n’est pas assez présent dans la campagne. Les professionnels de santé libéraux sont encore plus inquiets sur ce sujet (87 %).

Plus généralement, le langage des personnes interrogées a été étudié par l’institut de sondage. Il en ressort que l’expression « trop de charges » est celle qui revient le plus souvent dans leur bouche, avant impôts, chômage, fiscalité ou retraite.

Une plus grande proximité avec la droite 

Pour qui ces professionnels voteront-ils ? Un tiers des sondés assure ne faire confiance à aucune formation politique, mais les autres sont majoritairement proches du mouvement Les Républicains (37 %, et 46 % chez les plus de 65 ans). Vient ensuite En Marche, le mouvement d’Emmanuel Macron, crédité de 10 à 15 % de bonnes opinions (15 % chez les professionnels libéraux « les plus optimistes »). Aucun autre mouvement ne recueille plus de 4 % des voix.

Au cours d’un débat qui a suivi la présentation des résultats du sondage, plusieurs responsables politiques ont indiqué quel sort réserverait leur poulain au tiers payant généralisé au cas où il remporterait l’élection. Agnès Michel (EELV) a reconnu qu’elle n’avait pas de réponse à cette question, celle-ci n’ayant pas encore été abordée par son candidat Yannick Jadot. Jacques Krabal, député de l’Aisne et représentant d’Emmanuel Macron (En Marche), a botté en touche, se contentant d’assurer qu’à titre personnel, il avait voté contre cette mesure à l’Assemblée nationale.

À droite, les réponses ont été plus franches. Eric Woerth (LR) a assuré que François Fillon supprimerait le caractère obligatoire de cette disposition, et Nicolas Dupont-Aignan a promis sa suppression pure et simple, jugeant que c’était une mesure déresponsabilisante qui transformait les professionnels de santé en « percepteurs ».

(*) Enquête réalisée en ligne du 17 au 28 novembre 2016 auprès de 1 626 professionnels libéraux

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Encore une nouvelle branche professionnelle!

Officiellement, le gouvernement diminue le nombre de branches professionnelles. Pourtant, 2016 aura vu la naissance de trois branches nouvelles, signe...

Fermer