Denis Gautier-Sauvagnac: « il n’y avait pas de corruption avec les parlementaires »

Denis Gautier-Sauvagnac s’est exprimé très librement sur la stratégie de l’UIMM vis-à-vis de la réglementation. Cet entretien me paraît important car il précise la doctrine de la métallurgie en matière de « supplément réglementaire », qu’il s’agisse d’arrondir des lois par des accords de branche ou d’intervenir directement à l’assemblée nationale pour modifier un texte.  

Longtemps les branches de service dans le monde patronal ont reproché à l’UIMM de « co-écrire » le Code du Travail avec le gouvernement. L’occasion était donc trop belle d’interroger Denis Gautier-Sauvagnac sur cet aspect méconnu de l’activité patronale, et singulièrement de l’activité métallurgique: la participation à l’élaboration des normes sociales. 

Éclairer la réglementation sans corruption

L’ancien président de l’UIMM apporte ici des précisions utiles sur la chaîne conventionnelle, c’est-à-dire de production de normes dans la métallurgie. Celle-ci peut s’analyser en plusieurs étapes schématiques. 

En amont, la métallurgie a toujours fait partie des branches systématiquement consultées (au vu de son poids démographique et de son expertise juridique) par le Parlement et par le gouvernement lors de l’élaboration des lois. La procédure la plus classique passait par une audition en commission des affaires sociales. Sur ce point, Denis Gautier-Sauvagnac a souhaité dissiper tout malentendu sur une éventuelle corruption des parlementaires, en rappelant que ces procédures sont transparentes et classiques. 

Une fois le texte adopté, la branche pouvait l’améliorer en négociant un accord spécifique. Sur ce point, l’ancien président de la chambre patronale de la métallurgie rappelle les traumatismes que furent, pour les partenaires sociaux, le passage à la retraite à 60 ans et l’adoption des 35 heures. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Libérer et protéger, est-ce libéral?

Emmanuel Macron a inventé un nouveau slogan: libérer et protéger. Cette théorisation illustre la double préoccupation classique de la flexi-sécurité...

Fermer