Des médecins retraités appelés à la rescousse pour sauver un hôpital

Pour lutter contre la désertification médicale, l’hôpital de La Ferté-Macé (Orne) va proposer des consultations assurées par des médecins généralistes retraités. Une initiative salutaire sur le court terme mais qui en dit long sur l’état de la profession. 

Quand on regarde la carte ci-dessus, créée à partir des données de l’Ordre des médecins, on voit bien le problème de la densité médicale en France. D’où les avancées significatives qui sont faites pour développer la télémédecine mais aussi la création des centres de santé.

Néanmoins, ces initiatives peinent à se développer et des zones se retrouvent démunies. C’est le cas dans l’Orne où seulement 285 médecins sont présents pour 100 000 habitants. Alors, les hôpitaux sont parfois contraints de ruser. 

Les médecins retraités reprennent du service

L’information est sortie dans les colonnes de l’actu.fr. Comme partout en France, La Ferté-Macé voit ses effectifs médicaux se réduire en particulier par le non-remplacement des départs à la retraite. Ce qui aboutit à une situation invivable pour la commune de 6 000 habitants : il n’y a plus que deux médecins généralistes, l’un dans un pôle santé, le second dans un cabinet en ville. 

Des réunions ont bien eu lieu pour remédier au problème mais la seule solution qui en est pour l’instant ressortie est la mise en place de consultations à l’hôpital. Seulement, les praticiens auront tous une particularité : ils sont retraités. 

Ces consultations seront assurées par des médecins généralistes à la retraite qui seront donc salariés par l’hôpital. « Nous en avons quatre intéressés avec lesquels nous sommes en train de travailler sur l’organisation et les conditions de ce dispositif » annonce François Ponchon, directeur du centre hospitalier La Ferté.

Pour autant, il reste la question du remboursement des consultations et des prestations du fait de l’absence de médecin référent. Mais d’après François Pochon, directeur du centre hospitalier La Ferté / Domfront, « il devrait y avoir une certaine souplesse à ce niveau »

Si le dispositif prête à sourire, il vient surtout mettre une nouvelle fois le doigt sur un problème qui n’est pas prêt d’être résolu. Car en attendant des propositions concrètes et la mise en place de solutions, les petits villages sont contraints de survivre avec les moyens du bord. 

Fin octobre, nous étions 70 réunis pour trouver des solutions immédiates afin de maintenir l’accès aux soins pour tous. Car c’est un réel problème de santé publique.

François Ponchon, directeur du Centre hospitalier La Ferté / Domfront

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Même les médecins étrangers fuient la France ! - Décider et Entreprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Le CSAPR obtient un changement de ton du RSI à La Réunion

Le CSAPR (Collectif de La Réunion) mène depuis novembre un combat contre le RSI et son monopole. Les prises de...

Fermer