Le directeur de cabinet du ministère de la Santé sur le point de quitter le navire

Nommé en mai dernier directeur de cabinet du ministère des Solidarités et de la Santé, Gilles de Margerie serait sur le point de quitter le ministère, rapporte La Lettre de l’Expansion. Après le cas des conseillers de cabinet ministériels épuisés par la réduction drastique des effectifs, le ministère de la Santé semble remué.

Agnès Buzyn avait choisi un assureur pour endosser le rôle de directeur de cabinet du ministère de la Santé. Gilles de Margerie, ancien inspecteur des finances, avait quitté ses fonctions de dirigeant d’Humanis pour se consacrer à son nouveau poste au sein du ministère. Mais ses relations avec la ministre de la Santé se seraient quelques peu dégradées au fil des mois, ce qui expliquerait qu’il soit sur le départ.

Du changement au ministère de la Santé

Leurs profils se complétaient pourtant bien. Agnès Buzyn, professeure de médecine, et Gilles de Margerie, dirigeant du troisième groupe de protection sociale français au profil plus financier, auraient entretenu des relations compliquées depuis la prise fonction de ce dernier. L’actuel directeur de cabinet serait d’ailleurs sur le point de quitter son poste au ministère. Du changement est donc à prévoir très prochainement à la tête du cabinet.
 
Après l’annonce d’Emmanuel Macron de réduire par un décret publié le 19 mai 2017 le nombre de collaborateurs dans l’ensemble des cabinets ministériels, la situation était délicate au ministère de la Santé. Il avait imposé un maximum de dix conseillers par cabinet. Auparavant, les ministres pouvaient disposer de quinze collaborateurs. Toujours en contact avec certains membres de cabinets ministériels, l’ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot avait d’ailleurs fait part du rythme important des conseillers : « Tous me racontent l’épuisement total des équipes qui sévit actuellement. Ces gens-là ne dorment plus, ne se reposent plus… ». Cette mesure macronienne avait donc provoqué la réduction du nombre de conseillers… tout en augmentant leur rémunération de 7 624€ à 9 186€ bruts par mois, pour compenser la réduction d’effectifs.
 

Un directeur d’hôpital pour remplacer un assureur?

Le siège de directeur de cabinet du ministère de la Santé ne restera pas vide bien longtemps. Raymond Le Moign, l’actuel directeur général du CHU de Toulouse, pourrait lui succéder. C’est un proche de Marisol Touraine, dont il a été le directeur adjoint de cabinet en charge de la santé, de 2013 à 2016. Le personnel hospitalier devrait voir cette arrivée d’un bon oeil, la fédération hospitalière ayant tiré la sonnette d’alarme concernant les dangers qui pèsent sur le secteur.

Ancien élève de Ecole normale supérieure (ENS), agrégé de sciences sociales et ancien élève de l’ENA, Gilles de Margerie avait commencé sa carrière en 1983 à l’Inspection générale des finances. Il a fréquenté les cabinets ministériels de Roger Fauroux à l’Industrie et de Michel Rocard comme conseiller technique chargé des affaires industrielles. 

1 commentaire sur Le directeur de cabinet du ministère de la Santé sur le point de quitter le navire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Malgré l’opposition des syndicats, le système de retraite par points se confirme

Après le lancement des consultations avec les partenaires sociaux, le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye entame une tournée...

Fermer