Les éleveurs de viande surclassés par l’idéologie Vegan

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 3387 fois

Les éleveurs de viande ont-ils perdu la bataille des idées? Peut-être n’en ont-ils pas conscience, mais c’est bien ce qui transparaît des prises de position de Culture Viande, la “marque” des éleveurs français. Manifestement, une petite modernisation de leur communication s’impose…

Voici leur réaction à la dernière prise de position du gouvernement.

AVIS ANSES: LES FRANÇAIS CONSOMMENT MOINS DE VIANDE QUE LA RECOMMANDATION

Saisie par la Direction Générale de la Santé pour « actualiser » les repères nutritionnels du Plan National Nutrition Santé (PNNS) 2012-2015, l’ANSES a publié son avis ce 23 janvier. Pour la viande cet avis s’appuie sur des données connues et confirmées. Il indique « La consommation de viandes hors volailles (telles que le bœuf, porc, agneau, etc.) devrait quant à elle ne pas dépasser 500 g par semaine. » (soit environ 70 g par jour de viande cuite). Cette recommandation est identique à celle du précédent. Culture Viande souhaite rappeler que la consommation hebdomadaire française moyenne de viandes de boucherie en France est bien inférieure à ce seuil recommandé : les Français en consomment 370 g par personne, soit l’équivalent de 3 portions par semaine en moyenne. Culture Viande regrette donc la communication faite autour de la publication de cet avis. NON, en moyenne, il n’est pas nécessaire de diminuer la consommation de viande de boucherie des français.

Dès lors, pourquoi les médias continuent-ils à inviter à déconsommer de la viande, alors que les niveaux de consommation sont en dessous des recommandations ? Cessons donc de tirer sur l’ambulance (i.e. l’assiette des Français) ! Ceci, d’autant plus que l’ANSES rappelle que :

– « La vitamine B12 est exclusivement synthétisée par des bactéries et est présente dans les aliments d’origine animale, liée à des protéines. Les sources végétales alimentaires sont naturellement, dépourvues de vitamine B12 biodisponible » (p22/66) : « D’après l’enquête INCA2, les principaux aliments contributeurs de vitamine B12 pour les adultes français, sont les abats (20,1 %), la viande (15,9 %), les poissons (14,4 %), le fromage (7 %) et la volaille et gibier (5 %) » ;

– « Les viandes et charcuteries constituent les principaux contributeurs aux apports de fer de la population adulte française ». « Le fer joue un rôle essentiel dans de nombreuses fonctions biologiques : respiration (constituant de l’hémoglobine qui est impliquée dans les échanges gazeux avec le milieu extérieur), fonction musculaire (constituant de la myoglobine, forme de réserve de l’oxygène du muscle) et intervient dans l’activité d’enzymes impliquées dans de nombreux métabolismes : activité mitochondriale (transport des électrons), défense anti-radicalaire (co-facteur de la catalase et de peroxydases), synthèse d’ADN ». Attention : l’apport de viande joue un rôle essentiel car « les pertes quotidiennes en fer ne sont pas régulées par l’organisme, dès lors que les réserves sont minimes afin d’éviter « une surcharge qui serait délétère pour l’organisme (du fait de sa propriété pro-oxydante, le fer étant un métal de transition et donneur d’électron) ». (p33/66).

La lecture complète de ce rapport confirme donc les arguments de Culture Viande : la consommation de viande en quantité raisonnable est indispensable à un bon équilibre nutritionnel. Dire cela n’est en aucun cas la négation d’une autre vérité : il est nécessaire de consommer plus de fibres. En cela, la conclusion du rapport du Comité d’experts spécialisé « Nutrition humaine » – Groupe de travail « Equilibre entre les macronutriments recommandations d’apport en fibres » est claire : « Il existe une réduction du risque associée à la consommation des fibres alimentaires, pour les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2 et les cancers du côlon-rectum et du sein. Cette réduction est observée parfois à partir de 25 g/j et de façon plus concordante pour un apport de 30 g/j. Le GT propose donc de fixer l’Apport Satisfaisant (AS) à 30 g de fibres totales alimentaires par jour » (p27/37).

Finalement la conclusion que tire Culture Viande de cet avis, est que pour un bon équilibre nutritionnel, il faut manger de tout dans des quantités raisonnables. Il est contreproductif de vouloir opposer un aliment à un autre et une bonne communication devrait sans cesse répéter ce principe de bon sens.

print

6 commentaires sur Les éleveurs de viande surclassés par l’idéologie Vegan

  1. On a une situation fantastique: les animaux vivent dans des conditions épouvantables, les éleveurs souffrent comme des damnés et ne gagnent pas leur vie, pour produire des quantités énormes de viande dégueulasse pour faire de la “compétition” sur les “marchés mondiaux”. Quelle foutaise! Et si on faisait de la viande de qualité, avec des animaux heureux, des éleveurs qui gagnent leur vie, et qui vendent local? ÇA existe déjà, c’est le cas pour beaucoup de producteurs bio!

  2. Je suis outrée par tout ce que je peux lire ici. Tout ça pour se rassurer et se donner bonne conscience… Il est important d’aller au bout des choses, vous dites que la vitamine b12 ne se retrouve que dans la viande ; or elle ne s’y retrouve que pour une raison : supplementation en B12 pour les animaux. La vitamine B12 est ajoutée car évidemment vous vous doutez bien que comme il n’est pas possible de recevoir la b12 par la végétation, il n’est pas possible que ces animaux dont vous vous nourrissez qui ne mangent que de la végétation puisse en recevoir naturellement. Des lors, il y a ajout de cette vitamine mécaniquement. Alors logiquement, au lieu de manger cet animal pour avoir la b12 autant en en acheter à la pharmacie et en prendre soi-même que de le filtrer à travers le corps d’un animal non ?
    Ensuite le fer ! Évidemment qu’il y en a dans la viande comme il y en a dans la végétation ! Les lentilles par exemple, ou le persil ou la spiruline etc
    Et concrètement, vous avez déjà entendu dire un médecin à son patient “mangez autant de viande que possible c’est sain” JAMAIS alors que “mangez autant de fruits et légumes que possible c’est sain” paraît tout à fait normal.

    Ne soyez pas les moutons des incultes, des médias insouciants ou d’une société aveugle. Enrichissez vos connaissances et ne prenez pas pour acquis chaque chose (comme la vitamine b12 décrite dans ce billet sans expliquer comment les animaux eux mêmes en avaient)
    Regardez la vidéo de gary yourofsky sur YouTube ou achetez des livres.

    Au départ je trouvais ça bizarre aussi les vegans etc mais à force de s’instruire on apprend des choses qu’on ne peut plus ignorer malheureusement.

    Ils nous font croire que c’est le paradis, alors que c’est l’enfer pour 98% des êtres…

  3. Au contraire l’article de Culture Viande est très utile puisse qu’il cite des passages du rapport de l’ANSES plutôt que se contenter de reprendre grossièrement le communiqué de presse. Il appelle à manger de tout. Où est le problème ? Quand à la vitamine B12, lisez https://vegan-pratique.fr/nutrition/la-vitamine-b12/ et vous ne pourrez pas dire que l’ANSES ou Culture Viandes mentent. Un peu de culture scientifique aide souvent à ne pas voir une tentative de manipulation dans chaque propros des organisations professionnelles du secteur des viandes.

    • François ISSY, votre commentaire a le mérite d’être honnête. Culture viande n’invite pas à la surconsommation de viande, mais à des repas équilibrés. Respecter ce que l’on mange, c’est se respecter soi-même et être à l’écoute de son corps. Chacun est libre.

  4. Bonsoir,

    Je ne comprends pas exactement où vous vouliez en venir avec le lien puisque celui-ci, je cite: “En d’autres termes, au lieu de consommer la Vitamine B12 qui a été donnée aux animaux en granulés à travers leur chair, les végétaliens la consomment directement sans intermédiaire en comprimés”, est une autre formulation de ce que j’exprimais par le fait que la b12 n’était pas naturellement présente dans l’animal, qu’elle provient d’une supplementation d’origine humaine. Bref en ce qui concerne le rapport en lui même, je ne le remettais pas en cause. J’ai par contre remis en cause l’article publié puisqu’il induit en erreur, par la formulation “La vitamine B12 est exclusivement synthétisée par des bactéries et est présente dans les aliments d’origine animale, liée à des protéines”. Je pense qu’il est absolument nécessaire de préciser clairement que l’animale aussi en reçoit sous forme de suppléments alimentaires etc par les hommes. Voilà tout je ne vois pas où est le problème d’être honnête jusqu’au bout des choses. La science nécessite une rigueur, qui je pense, doit être mise en oeuvre dans les explications, elles ne doivent pas être superficiels. Il est important de connaître les “origines” des choses comme en médecine sinon on ne soigne que les symptômes..
    Pour finir, je ne pense pas que l’on puisse faire confiance aveuglement dans l’industrie agro-alimentaire ni dans le secteur médicale. D’autant plus que le lobbysme atteint malheureusement les systèmes politiques. Après chacun a sa vision des choses, chacun peut croire en ce qu’il veut que dire je ne suis pas un monstre qui voit le complot partout, même loin de là. Je n’accepte pas simplement qu’on informe de manière partiale. Ce n’est pas objectif de mon point de vue et c’est mon droit de le penser et de l’exprimer. Bien à vous

  5. La plus belle propagande que j’ai vue pour l’industrie de la viande, c’est bien cet article, vous n’avez pas honte de sortir autant de connerie, vous êtes payé combien pour dire que la viande est très bonne pour la santé ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Marseille: le désastreux climat social de l’hôpital public

Le climat social dans l'hôpital public est désastreux. Non seulement l'absentéisme y est cataclysmique, mais la conflictualité y est plus...

Fermer