Comment les élus gaspillent l’argent de l’hôpital public: l’exemple de Tours

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 3612 fois

Tours doit bénéficier d’un nouveau CHU, qui fusionnera les trois entités actuelles. Les informations qui parviennent sur le montage du dossier donnent une nouvelle illustration de la façon dont l’hôpital public voit ses fonds dilapidés par la mauvaise gouvernance des élus.

Les dégâts de Marisol Touraine à Tours

On lira donc avec le plus grand intérêt cet article d’Olivier Collet dans info-tours.fr.

Les représentants du personnel ont aussi en travers de la gorge le manque d’information sur les projets en cours. Ils ont demandé à en savoir plus lors du conseil de surveillance du 7 avril dernier, quelques jours après une rencontre avec le maire de Tours qu’ils pensaient fructueuse. Mais non : 10 personnes ont été amenées à voter pour savoir si il fallait suspendre ou non le projet le temps d’étudier les documents… 8 ont refusé (les représentants des collectivités, des médecins et des patients), seuls les syndicats ont dit oui.

« On nous dit que le dossier est trop technique, trop volumineux, que la loi n’autorise pas à tout communiquer, qu’il faut se dépêcher tant que la ministre de la santé Marisol Touraine est en poste, elle qui est favorable au projet… La vraie raison c’est ce que si ce projet sort, il y aura une vraie levée de boucliers. » Les syndicats rappellent ainsi la mobilisation de 2007, quand on parlait déjà de fermer Clocheville : 10 000 signatures et un projet annulé. Et si ça recommençait ? « Notre crainte c’est que l’activité pédiatrique se retrouve assurée dans les spécialités pour adultes. On va perdre le bénéfice d’une unité spécifique, faire exploser l’identité pédiatrique alors qu’il n’en reste plus beaucoup en France. »

On connaît la manie des syndicats français de refuser toute forme de gains de productivité. On prendra donc avec précaution les propos sur les réductions de moyens. Il n’en reste pas moins que, pour profiter des derniers jours de Marisol Touraine au pouvoir, les élus et décideurs de tous poils semblent bien décidés à valider des dossiers qu’ils n’ont pas lu.

Et voilà comment, pour des considérations politiques, on prend des décisions sans les avoir mesurées…

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Moins de 20% des achats de l’Etat profitent aux PME

Les achats de l'Etat profitent à 53% aux grandes entreprises et à 28% aux entreprises de taille intermédiaire. C'est ce...

Fermer