Emmanuel Macron invite les grandes entreprises à Versailles et continue de mépriser les entreprises françaises

Emmanuel Macron s’est paré de son plus beau costume pour se transformer en VRP de luxe. A deux jours de son intervention à Davos, le président de la République invite les grands patrons du monde entier à Versailles pour parler investissements en France. Un honneur que n’ont pas reçu les patrons français. 

Pour l’instant, la stratégie d’Emmanuel Macron auprès des entrepreneurs semble être un succès. Dans le dernier sondage Ifop traitant de sa popularité, le président de la République recueille 54% d’avis favorables en provenance des chefs d’entreprises. 

Pour autant, il ne compte pas s’arrêter là puisque ces chiffres accusent un retard de deux points par rapport au mois précédent. 

« Choose France« , le mini Davos

Emmanuel Macron continue donc de jouer les VRP de luxe auprès des grands groupes mondiaux. Ce lundi, une réception de prestige aura lieu au palais Louis XIV de Versailles. Le président de la République aura à ses côtés Edouard Philippe mais aussi une quinzaine de membres du gouvernement. A eux-tous, ils recevront entre autres les dirigeants de Rolls-Royce, de Coca-Cola, Facebook et Goldman Sachs.

Le but affiché est donc de convaincre ces dirigeants d’investir en France en leur expliquant les réformes qui sont mises en place. 

Des accords devraient être trouvés

Pour autant, avec tout l’arsenal médiatique déployé, on voit mal comment aucun accord ne pourrait ressortir. Chaque patron pourra avoir un rendez-vous en tête à tête avec les ministres, les présidents de régions seront également sur place de même que les représentants de la BPI. 

Ce lundi matin, Emmanuel Macron a aussi pu rencontrer les représentants de Toyota en France, qui prévoient un investissement de 400 millions d’euros à Valenciennes. Le Brexit joue aussi en faveur de Jupiter puisque la France accuse un sérieux regain d’attractivité

Un sommet à l’inverse de la politique en place

On ne peut d’ailleurs que s’étonner de la tenue d’un tel sommet en France quand on se rappelle les mesures anti-entreprenariales qui voient de plus en plus le jour.

Par exemple avec la loi Pacte qui doit redéfinir ce qu’est une entreprise. On ne fera que constater ici la volonté du gouvernement de faire plier les entreprises plutôt que de les aider, en témoigne cet oubli dans la concertation publique de deux préoccupations majeures.

Macron préfère les capitaux étrangers 

Au final, ce mini somment vient confirmer le mépris que peut avoir Emmanuel Macron envers les entrepreneurs nationaux qui s’étaient vu traquer par le RSI, qui pourront l’être par l’Urssaf, à l’inverse de leurs homologues étrangers.

On attend de voir quand les entrepreneurs français seront reçus en grande pompe à Versailles, au château de Louis XIV, pour être écoutés et discuter de visu avec le président. En attendant, ils doivent se contenter d’une simili-consultation publique sur la loi Pacte et de règles toujours moins libérales. 

Sur la route de Davos, nous avons profité du fait que les leaders économiques venaient en Europe pour faire un stop à Paris, inviter 100 PDG des plus grands groupes mondiaux et construire avec eux 100 projets pour la France.

Entourage d’Emmanuel Macron

 

Emmanuel Macron fait le pari de l’attractivité et il sait que cela passe aussi par des symboles, car derrière ces symboles il y a des entreprises et donc des emplois.

Christophe Castaner

2 commentaires sur Emmanuel Macron invite les grandes entreprises à Versailles et continue de mépriser les entreprises françaises

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. Liberté de la presse : Emmanuel Macron fait planer un air de totalitarisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Pas de sortie partielle en capital pour les Madelin et les Articles 83, par Emmanuelle SALLÉ

Cet article provient du site Buisson-Assurances.Dans le cadre du budget 2018, les parlementaires ont voté un amendement créant une faculté...

Fermer