Emplois aidés: la précarité, modèle social de l’économie non-marchande?

Le gouvernement entend supprimer plus de 300.000 contrats aidés dans le secteur non marchand. Cette politique vise évidemment à assurer l'atterrissage budgétaire. C'est l'occasion de rappeler que beaucoup d'employeurs, en France, n'ont plus les moyens d'assumer le coût du travail sans une intervention de l'État. La part de la rémunération consacrée à la protection sociale est-elle devenue l'une des causes majeures du chômage de masse?

La polémique qui sévit sur les emplois aidés mérite qu'on s'y arrête quelques instants. Elle donne en effet l'occasion de préciser quelques mécanismes en vigueur dans l'économie non marchande, qui en disent long sur l'état d'esprit qui prévaut dans cette forteresse de la bien-pensance. 

Nombreux sont en effet les donneurs de leçons qui pérorent sur l'économie non-marchande et ses prétendus bienfaits. Sauf que, quand on y regarde de plus près, on s'aperçoit que ses acteurs pratiquent volontiers une précarité qu'aucun patron privé ne se permettrait. 

Christophe Castaner dévoile le pot-aux-roses

Christophe Castaner s'est utilement exprimé sur France Inter à ce sujet: 

"Vous donnez 600 euros à un emploi précaire qui en moyenne va durer dix mois. Ils sont utiles, à la fois à la personne et à la commune qui l'emploie. Quand j'en avais (NdlR : lorsque Christophe Castaner était maire de Forcalquier), ils bossaient et ils bossaient plutôt bien, sauf qu'on a assumé de substituer des emplois précaires à des emplois titulaires".

Il y a donc quelqu'un pour oser le dire! L'emploi aidé est un concurrent redoutable pour le titulaire de la fonction publique. 

Face au coût du fonctionnaire, beaucoup de collectivités ont recouru à l'emploi précaire pour assumer leurs missions. Et l'on découvre que le principal concurrent du fonctionnaire, c'est l'emploi précaire subventionné par l'État. 

L'emploi aidé, une façon de remettre en cause les acquis sociaux

Donc, le secteur non-marchand, érigé en modèle par certains, est en France un bastion de la précarité? 

On comprend pourquoi: le coût du travail empêche les associations de recruter autant qu'elles le voudraient. La même remarque vaut pour l'Éducation Nationale ou les collectivités. Sauf que tout le monde aujourd'hui demande à maintenir un système qui ferait scandale dans une entreprise privée. 

La question de fond est bien là: ne serait-il pas plus simple d'admettre que le coût des cotisations sociales n'est plus soutenable par l'économie française?

Ceux qui le nient le plus, l'expérience le montre, sont aussi ceux qui le supportent le moins. 

1 million d'emplois aidés en France

L'INSEE a produit une note de conjoncture qui détaille le nombre d'emplois aidés en France (la note intègre à ce calcul les emplois en alternance). Ils sont près d'un million. 

3 commentaires sur Emplois aidés: la précarité, modèle social de l’économie non-marchande?

  1. La question de fond est bien là: ne serait-il pas plus simple d’admettre que le coût des cotisations sociales n’est plus soutenable par l’économie française?
    Il serait en effet temps de poser cette question !

  2. L’autre question de fond n’est-elle pas là: ne serait-il pas plus simple d’admettre que Le coût de la rémunération de plus en plus prédatrice des actionnaires n’est plus soutenable par l’économie française ?

    https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-economique/dividendes-records-salaires-en-hausse-mais

    Les deux au moins font la paire, non ?
    (sans tenir compte des énormes différences entre PME et Multinationales, de l’optimisation et de la fraude fiscale, etc.)

    Zgur_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Régime social des indépendants: les arrangements du gouvernement avec la vérité

Comme prévu, Édouard Philippe a annoncé son plan pour les indépendants. En apparence, l'opération de communication fonctionne bien. Le problème,...

Fermer