Evitez le RSI avec l’art contemporain, par Yann Vasseur

Temps de lecture : 4 minutes

Cet article a été lu 8746 fois

Yann Vasseur est conseiller en optimisation fiscale et patrimoniale.

Un moyen bon moyen de défiscaliser (et donc d’éviter les revenus soumis au RSI), c’est l’art contemporain.

Trop de gens pensent que l’art contemporain est réservé à une élite d’initiés.

L’art contemporain présente des avantages qui ne sont pas que fiscaux et qui s’adressent d’accord aux particuliers payant l’ISF, mais également aux PME, TPE, artisans et commerçants.

Grâce aux modalités fiscales concernant l’art contemporain, il y a plusieurs intérêts à attendre en retour.

Les grosses entreprises, ou PME, TPE, ainsi que les particuliers payant l’ISF, peuvent défiscaliser par l’intermédiaire de l’art contemporain.

Visez plusieurs objectifs :

Hormis la défiscalisation et l’acquisition d’œuvres d’art en elles-mêmes, que l’ont pourra toujours revendre à terme, il faut réfléchir à quoi cet outil pourrait servir. Mettez en place une communication de cet évènement culturel.

Trois niveaux d’exploitation de l’art contemporain :

La défiscalisation en tant qu’œuvre d’arts, la revente des objets et la communication autour de l’évènement

Défiscaliser vos achats décoratifs en les incluant dans le processus d’art contemporain est une écriture fiscale, qui demande quelques simples règles.

Le second point est celui de la revente de l’objet.

Le troisième point est la rentabilité de cette procédure. En effet, l’achat d’objets, de décor et d’ornement doit devenir un prétexte à organiser une inauguration, un pot, un cocktail. Faites venir l’artiste, incluez dans votre budget la communication de l’événement (tracts, affiches, parution dans la presse locale). Et voici une petite campagne de publicité à ajouter à vos intérêts.

Pour les petits commerçants, PME, TPE :

En tout premier lieu, la plupart des artisans commerçants ne pensent pas à utiliser l’art contemporain pour décorer ni aménager leur boutique. Vous avez tous des cadres, des tableaux sur vos murs. Combien ont pensé à défiscaliser et même rentabiliser cette décoration ?

Vos motifs et ornements de tables, combien ont pensé à les inclure dans le dispositif d’art ? Bien trop peu.

Certes, vos travaux d’aménagement sont déductibles d’impôt. Mais pensez en plus, à utiliser l’art contemporain pour décorer vos vitrines, votre intérieur et en profiter pour organiser une inauguration, un pot, qui fera venir du monde.

Les restaurants ou brasseries : une niche à œuvres d’art

En restauration, il y a aussi une “élite”. En effet, les Maîtres-Restaurateurs bénéficient d’un crédit d’impôt égal à 50% des dépenses engagées sur une durée maximale de trois ans pour financer la modernisation de leur établissement. Le montant du crédit d’impôt est plafonné à 30 000 euros.
Mais le domaine que nous traitons ici est permit à toutes les brasseires et tous les restaurateurs.

A ce stade de l’article, vous découvrez peut-être que vous manquez d’idée pour décorer votre restaurant, votre brasserie avec de “l’art contemporain”. Pensez aux traditionnelles peintures et cadres. Pensez à l’origami pour vos serviettes de table, pensez aux objets 3D pour vos portes bouteilles, pensez aux sculptures pour vos buffets a vaisselle, pensez aux objets décoratifs pour vos lumières, pensez à des peintures murales réalisées par un artiste peintre, pensez a un ferronnier d’art pour vos couverts ; vos menus, vos dessous de verres sont autant de supports artistiques…

Voyez comme chaque objet de votre intérieur peut subitement entrer dans le dispositif d’art contemporain.

L’art contemporain dans ma boucherie ?

Cela vous paraîtrait étrange d’organiser une inauguration dans votre boucherie ? mais c’est plutôt l’occasion pour vous d’organiser une dégustation et faire connaître votre service traiteur.

Réfléchissez au décor de votre boutique : vos réceptacles alimentaires, les contours de votre présentoirs réfrigérant, vos lumières, vos vitrines, vos murs… Un ferronier d’art sera enchanté de relever le défi. Tous ces supports peuvent devenir prétextes légaux à défiscaliser et à organiser des inaugurations, des pots dans votre boutique.

Mode vestimentaire et art contemporain

Une boutique de vêtement peut également se servir de l’art contemporain. En plus de la règle fiscale à mettre à profit, il faut penser à décorer vos supports de vêtements. Les bustes et mannequins en plastique ont surtout la particularité d’être moches en plus d’être chers. Pensez à utiliser les services d’un sculpteur pour vos supports à vêtements que vous exposez en vitrine.

Les PME et la gestion des ressources humaines

Une PME peut faire appel aux services d’un jeune artiste membre de la famille d’un employé. Cela peut permettre une optimisation en matière de gestion du personnel. Les œuvres de l’artiste seront exposées dans les locaux de la société.

L’art contemporain, une politique de proximité

D’autres acteurs peuvent mettre à profit l’outil d’art contemporain pour créer une activité économique de proximité.

Une politique à échelle locale peut optimiser ce système à plusieurs niveaux : une mairie peut mettre à disposition une association socio-culturelle, en lien avec une association de commerçants pour organiser une activité à échelle locale : faire connaître de jeunes artistes locaux, faire la promotion de commerces locaux, organiser une démarche socio-culturelle avec des associations locales.

Compliqué à mettre en place, me direz-vous ? Compliqué de réunir tous les acteurs, du comptable à l’artiste, en passant par les tracts et affiches pour communiquer sur l’inauguration… Evidemment, la théorie est simple, mais cela demande du temps à mettre en place.

Abracadabra, comme on dit en fin de blabla “contactez un spécialiste du genre”

Par notre intermédiaire, vous aurez à disposition des gens qui ont déjà établi ce type de montages.

print

2 commentaires sur Evitez le RSI avec l’art contemporain, par Yann Vasseur

  1. Mais cet article est une terrible blague, tellement insultant pour nous, artistes. “Exploitation de l’art contemporain”, le classique “défiscalisation”, “décorer votre restaurant, votre brasserie avec de l’art contemporain”,”Un ferronier d’art sera enchanté de relever le défi”, “Pensez à utiliser les services d’un sculpteur pour vos supports à vêtements que vous exposez en vitrine”. Et mon favori, celui là est magnifique : “L’art contemporain dans ma boucherie”, j’admets qu’il est bien trouvé, il serait superbe s’il était pensé au 3ème degrès par un artiste, mais à l’évidence ce n’est pas le cas. Alors chers auteur de cet article qui met en avant le côté “exploitation” de l’art vu la thématique et les termes employés, sachez que vous ne connaissez en rien (et de très loin) l’art contemporain. Pour information, même si vous ne serez pas en capacité de le comprendre, c’est un véhicule de pensées et non de la décoration, dont les acteurs participent à une évolution globale du monde, contrairement à vous qui flirtez avec l’inutilité. Nous, artistes contemporain, chercheurs en art, ne faisons pas des études et ne prenons pas le risque d’une vie hors normes pour réaliser quelques fourchettes ou autres imprimés sur papier toilette à la gloire d’un quelconque commerce. En somme, aucun réel artiste contemporain ne vous fera des origamis pour vos serviettes de table.

  2. Bonjour. Vous avez bien saisi l’attrait de cet article, mais il vous echappe que nous ne nous adressons pas ici aux artistes, mais a des entrepreneurs. Il existe desferroniers d’arts qui ne demandent qu’a orner des boutiques : endeignes, etals… Il existe d’excellents artistes d’origami qui “collent des papiers sur les murs” et sont pour cela critiquer. Moi je ne les critique pas. Ne critiquez donc pas cet article qui est une incitation a employer des artistes, car au final, c’est le but rechercher. Ne laisser pas croire qu’il faut “apprécier l’art a une juste valeur” pour l’exposer partout. Il n’y a pas d’elite. Les petits artisants, les PME doivent utiliser l’art contemporain comme une + value tant en terme decoratif que fiscal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Entrepreneur, sachez prendre la bonne décision en une fraction de seconde, par Alexander Woog

Alexandre Woog est entrepreneur, fondateur de e-loue.com, et sportif de haut niveau en équipe nationale israélienne d’escrime. Dans chaque journée...

Fermer