Un exemple de naufrage financier à l’hôpital: le CHU d’Amiens

Un rapport de la Chambre régionale des comptes des Hauts-de-France dévoile un rapport d’observations concernant le CHU d’Amiens. L’établissement croule sous les dettes, notamment en raison des travaux du bâtiment Fontenoy.

Le CHU d’Amiens est devenu malgré lui un exemple de naufrage financier d’un hôpital. Le rapport de la Chambre régionale des comptes des Hauts-de-France rapporte les difficultés financières auxquelles l’établissement fait face. Et la rénovation du bâtiment Fontenoy est un gouffre supplémentaire pour cet hôpital.

Le bâtiment Fontenoy continue d’enfoncer le CHU d’Amiens

En 2003, le CHU d’Amiens a décidé de regrouper ses activités (dispersées sur quatre sites) sur le site sud, en construisant un nouveau bâtiment et en réhabilitant le bâtiment Fontenoy. L’opération a débuté en 2009 par la réalisation des travaux préliminaires. Et la rénovation du bâtiment Fontenoy, initialement prévue pour 2014-2015, n’est toujours achevée. En 2008, il avait été établi que toutes dépenses confondues, la construction du nouveau CHU devait coûter 633 millions d’euros alors qu’au début du projet en, 2003, le montant de l’opération était estimé à 520 millions d’euros… Avant même le commencement des travaux, le coût avait déjà augmenté sensiblement. 

L’établissement fait face à des emprunts colossaux

Pour soutenir les dépenses liées à la rénovation du site Sud, le CHU d’Amiens a souscrit pas moins de 34 emprunts et 3 contrats revolving consolidés, auprès de
12 établissements prêteurs. En prenant en compte les intérêts, le coût global du projet devrait atteindre le milliard d’euros. De plus, l’établissement a sollicité une subvention d’investissement de 80 M€ auprès des services de l’État, pour achever les travaux du bâtiment Fontenoy, obtenue en mai dernier. Les services devront intégrer le bâtiment Fontenoy en 2019.

Avec des indicateurs d’endettement ne respectant plus les ratios prudentiels habituels des établissements publics de santé, le recours à de nouveaux emprunts pour financer le renouvellement courant et la dernière tranche de travaux du bâtiment Fontenoy apparaît insoutenable sans une amélioration notable de la marge brute.

 

Cette situation très préoccupante pourrait conduire l’établissement à ne plus pouvoir
emprunter les sommes nécessaires pour la mise aux normes du bâtiment Fontenoy et pour le
financement du renouvellement du matériel, rapporte la Chambre régionale des Comptes

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Les quatre mythes qui justifient la grève de la fonction publique

La fonction publique est en grève aujourd'hui pour dénoncer les "attaques" dont elle serait l'objet de la part du gouvernement....

Fermer