E&Y sort une étude très opportune sur l’attractivité de la France

Temps de lecture : 2 minutes

Cet article a été lu 3256 fois

Il faut lire attentivement l’étude d’E&Y (Ernst & Young) sur l’attractivité de la France pour mesurer combien la présidence Macron pousse les acteurs économiques à adapter leur discours à des calculs en opportunité. E&Y soutient donc tout à coup tous les mérites du “site France” dans la concurrence internationale. On lira tout de même les lignes consacrées aux handicaps français.

L’attractivité de la France handicapée par la compétitivité

La compétitivité de la France freine encore l’attractivité. Selon les dirigeants interrogés, la fiscalité (pour 55 % d’entre eux), la simplification (46 %), le droit du travail (39 %) et le coût du travail (31 %) restent les freins lourds de compétitivité. Ils empêchent la France de combler son déficit d’attractivité : l’attractivité est toujours handicapée par la compétitivité-coût, malgré des réformes encourageantes (CICE, allègements fiscaux, etc.). La France commence à tirer les leçons de son déficit de compétitivité mais doit encore s’adapter pour rattraper son retard.

Les réformes qui pourraient jouer en faveur de l’attractivité de la France selon les décideurs internationaux

EY – Baromètre de l'attractivité France 2017 - Les réformes qui pourraient jouer en faveur de l’attractivité de la France selon les décideurs internationaux

Prudence sur la création d’emplois. Les projets d’investissement ne créent pas suffisamment d’emplois. Le nombre moyen d’emplois (22) se situe parmi les plus bas d’Europe : certes au-dessus de l’Allemagne (19), mais à la moitié de la moyenne européenne, de celle du Royaume-Uni ou de l’Espagne. Le moteur emploi des investisseurs étrangers est évidemment ralenti par la complexité de notre marché du travail et un coût horaire qui reste trop élevé par rapport à la moyenne européenne et celui de ses concurrents.

Alerte sur les sièges sociaux ! L’accueil de sièges sociaux (16 en 2016, soit 7 fois moins que le Royaume-Uni) reste à un niveau très insuffisant et la France ne se classe qu’au 5ème rang européen. Les perspectives de transferts liées au Brexit ne suffiront pas à régler la question stratégique sur les fonctions décisionnelles.

Top 5 des pays européens pour l’accueil des sièges sociaux en 2016

EY – Baromètre de l'attractivité France 2017 - Top5 des pays européens pour l’accueil des sièges sociaux en 2016

print

1 commentaire sur E&Y sort une étude très opportune sur l’attractivité de la France

  1. La sois disante super compétitivité du Royaume Uni et ces effets sur les classes moyennes et pauvres ont conduit au Brexit. C.est le ras le bol des déshérités qui a conduit les anglais à se tromper de cible. Macron c’est un peut la dernière chance de l.Europe.
    Réduire le coût du travail d.accord’ réduire et maintenir les salaires au plus bas c.est regarder le problème par le mauvais bout de la lorgnette. Peut on penser l.economie en terme de société?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Ordonnances travail: les images de l’hyper-présidentialisation

Malgré ses affirmations répétées sur l'art de déléguer, Emmanuel Macron vient de donner les signes flagrants de l'hyper-présidentialisation qui commence....

Fermer