Fiscalité : dix mesures qui pourraient transformer l’épargne française

Le Conseil des prélèvements obligatoires, instance rattachée à la Cour de comptes, vient de livrer un rapport sur la fiscalité française. Il propose dix orientations à suivre pour corriger les erreurs des mesures macroniennes. Si elles sont suivies, l’épargne des français pourrait être grandement transformée. 

Malgré les réformes macroniennes sur la fiscalité, que ce soit sur le prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% ou avec la transformation de l’impôt sur la fortune en impôt sur la fortune immobilière, le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO) formule dix autres orientations concernant les plus-values immobilières, l’épargne réglementée ou encore l’assurance-vie. 

Repenser l’épargne réglementée

En somme, les prélèvements obligatoires sur le capital des ménages sont notamment considérés comme « peu lisibles et complexes. » Un effort particulier va être mis pour apporter de la transparence et de la prévisibilité à ces dispositifs. A titre d’exemple, les régimes existants pourront être maintenus sur des durées plus longues, les modifications de régime seront limitées sur les opérations nouvelles, et la période de transition sera adaptée pour un passage en douceur. 

C’est un vieux marronnier qui revient une nouvelle fois : les français auraient une tendance à la frilosité avec des placements financiers sans risques. Pour contrer ce phénomène qui serait en expansion et pour apporter une nouvelle manne financière, le CPO pense à abaisser les plafonds de versement sur les livrets A, le LDDS et le LEP aux taux en vigueur en 2012 soit 15 300€ pour le livret A et 6 000€ pour le LDDS. Les ressources récupérées pourraient alors être reportées sur des placements plus longs, visant les entreprises, tout en allégeant la charge fiscale de l’Etat. 

L’assurance-vie ne passe pas au travers

Alors qu’elle vient d’être récemment réformée, l’assurance-vie devrait subir un nouveau changement. En l’espèce, le rapport préconise de « réexaminer les taux et les abattements dérogatoires applicables aux revenus des contrats d’assurance-vie, au titre de nouveaux versements. » 

Ainsi, les rachats pourraient être taxés selon l’ancienneté des versements et non plus en fonction de l’âge du contrat. Une orientation polémique car cela rajoutera une complexité supplémentaire concernant la fiscalité de ce type de contrat.

La transmission en ligne de mire

On l’a compris, le CPO veut viser l’argent qui dort trop longtemps. Aussi, c’est la mobilité de ce dernier entre les générations qui devrait subir un coup de jeune. 

Un renfort de l’attractivité des donations aux nouvelles générations devrait avoir lieu grâce au réexamen des avantages fiscaux accusés d’immobiliser le patrimoine, en rendant les droits de donations plus attractifs que les droits de succession.

Pour ça, la fiscalité pourrait prochainement tenir compte des évolutions structurelles et sociologiques des familles françaises. 

L’immobilier en chantier

L’immobilier est le domaine qui cristallise les tensions et qui fait l’objet du plus grand nombre d’orientations. Là encore, c’est un retour en arrière qui est en vue. En 2004 plus précisément. Ainsi, le CPO préconise de remplacer l’abattement pour durée de rétention par un calcul de la plus-value immobilière en tenant compte de l’érosion monétaire. L’effet bénéfique serait une réduction du nombre de rétentions de biens. 

Les frais d’acquisition pourraient aussi se réduire afin de fluidifier le marché immobilier du fait de leur transfert sur la taxe foncière. Des droits progressifs selon la valeur du logement ou une réduction des taux pour l’achat de la résidence principale pourraient intervenir. 

Enfin, c’est une unification globale du régime fiscal des locations meublées et des locations nues qui pourrait voir le jour par une révisions des valeurs locatives des habitations. 

4 Trackbacks & Pingbacks

  1. Dossier CPO : rendre les règles plus lisibles et prévisibles pour les ménages
  2. La Cour des comptes s'attaque aux placements sans risque - Décider et Entreprendre
  3. Héritage : la Cour des comptes veut appliquer un statut de beau-parent égal à celui de parent biologique
  4. L'héritage, une charge dont ne veut plus la Cour des comptes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Protection des données (RGPD) : soyez conformes ou préparez votre trésorerie

Toutes les entreprises qui traitent des données personnelles devraient être sur le pied de guerre pour se mettre en conformité...

Fermer