Frais professionnels : 1 français sur 3 tenterait de tricher

Chaque mois, c’est le même problème : les comptables bataillent avec les justificatifs des notes de frais. Remboursera ou ne remboursera pas. Le cabinet Wity a rendu un sondage dans lequel il indique que si 88% des français réalisent des notes de frais, 30% tenteraient de gonfler celles-ci, quand ce ne sont pas des motifs surprenant qui sont demandé à être remboursés.

via GIPHY

Elles sont présentes dans toutes les entreprises et elles font frémir les comptables : les notes de frais. Lorsqu’un salarié doit avancer des dépenses alors qu’il est en mission pour l’entreprise, il est d’usage qu’il se fasse rembourser ces frais. D’après un récent sondage du cabinet comptable Wity, 88% des français réaliseraient des notes de frais. Pour autant, seulement 7% sauraient exactement quels frais sont couverts.

Des notes pour tout…et n’importe quoi

D’après les données recueillies par Wity, les hommes seraient plus prédisposés à réaliser des notes de frais que les femmes (91% contre 85%). Par ailleurs, on note aussi une grande différence dans les dépenses. Toujours d’après Wity, 42% des femmes réaliseraient des notes de frais pour des sommes de moins de 50€. Leurs homologues masculins seraient, eux, 38% à réaliser des notes de plus de 400€ là où les femmes ne sont « que » 24%.

Plus surprenant, c’est l’objet de ces dépenses qui peut parfois détonner. Si à 71% ce sont des frais de déplacement qui sont couvertes, viennent ensuite les frais de repas (65%) et les frais d’hébergement (51%), l’étude fait aussi ressortir des frais…d’habillement. Des frais qui sont à tort perçus comme étant remboursables par l’employeur. De même que les frais de notaire (2%) ou encore les frais de santé (12%).

Par ailleurs, la majorité des français ne voit pas leurs notes de frais être refusées par leur employeur de même qu’elle n’essaie pas de gonfler ces dernières. Néanmoins, l’étude fait ressortir qu’un français surtout trois aurait tendance à avoir le plus de frais professionnels possibles. Parmi ces 30%, ce sont en majeure partie les frais de déplacement (60%) qui sont concernés par des augmentations suspectes. Viennent ensuite les frais de repas (50%) et les frais d’hébergement (43%). Enfin, les frais de matériels et équipements sont à 31% concernés. 

La fraude existe donc, mais elle est minoritaire. Reste la question de la perte de justificatifs, volontaire ou non. 71% des femmes ne seraient pas en mesure de fournir les justificatifs demandés contre 43% de leurs collègues hommes. L’étude conclut en expliquant que la question de la gestion des notes de frais reste plus problématique pour les femmes que pour les hommes. Mais assez peu problématique pour les chefs d’entreprise.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Affaire Benalla : pourquoi il dû changer de prénom

Dans son enquête "Alexandre Benalla -l'homme du président", BFM affirme que le jeune homme a bien changé d'identité à son...

Fermer