La France en pleine hécatombe industrielle

Temps de lecture : 1 minute

Cet article a été lu 5745 fois

Eurostat vient de publier les chiffres de la production industrielle en février en Europe. Ils sont très mauvais, surtout pour la France.

Une baisse globale de la production industrielle…

En février 2017, l’Union affiche une baisse de 0,2% de la production industrielle en un mois dans l’UE 28, et de 0,3% dans la zone euro. Une fois de plus, les statistiques montrent l’effet dépressif de la monnaie unique sur l’activité économique.

Dans l’ensemble de la zone euro, la production industrielle en est pratiquement revenue à son indice de 2010, très inférieur aux indices d’avant-crise.

La France, zone sinistrée

Dans cet ensemble, on s’inquiètera tout particulièrement de la situation française.

Le tableau ci-dessous explique clairement pourquoi:

industrielle

Comme on le voit, certains pays subissent, en février, une baisse très forte de leur activité. C’est le cas de l’Irlande, qui perd près de 35 points d’indice en un mois (ce qui ressemble à un krach économique), des Pays-Bas (6 points), de la France, qui perd trois points.

Surtout, le tableau souligne les différences de situation industrielle par rapport à la situation de 2010, c’est-à-dire d’après-crise. La France fait partie des pays dont la situation, en 2017, est pire qu’en 2010. Au contraire, certains pays européens battent des records en matière de production industrielle. C’est le cas des Etats baltes, de l’Irlande, de la Hongrie ou de la République Tchèque.

Preuve est donc faite que la construction européenne telle qu’elle est conçue aujourd’hui contribue à rebattre les cartes économiques en instillant une nouvelle division internationale du travail, au profit des Etats membres au niveau salarial le plus faible.

Donc, non! ça ne va pas mieux!

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Hôpitaux de Marseille: pas d’argent pour changer les draps, mais jusqu’à 47 jours de congés par an

Les hôpitaux de Marseille vont mal. Le prochain départ de la directrice générale, probablement remplacée par le directeur général du CHU...

Fermer