Gand est-elle la plus belle ville de Belgique?

Gand est probablement la ville flamande la moins bien connue des Français, et pourtant celle qui, comparée à Bruges, Anvers ou Bruxelles, mérite le plus le détour.

Gand, une ville romaine

Contrairement à des croyances répandues, Gand, située au confluent de l’Escaut et de la Lys, n’est pas une ville flamande… mais romaine. Ce n’est qu’au Vè siècle que les Francs Saliques, dont le dialecte deviendra le flamand, colonisent l’endroit.

Une ville française

C’est Baudouin II, vassal du roi de France et d’ascendance carolingienne par sa mère, qui fonde le château des comtes de Flandre au coeur de Gand, en l’an 940. Jusqu’en 1500, année où Charles Quint naît dans la ville, Gand restera dans l’orbite française.

Le paradis des primitifs flamands

La cité connaît un essor économique lié à ses activités portuaires et textiles. Elle attire nombre de primitifs flamands, dont l’auteur de l’Agneau Mystique exposé dans la cathédrale Saint-Bavon. L’oeuvre est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’architecture flamande

Au-delà de ce patrimoine pictural, le visiteur ne manquera surtout pas le splendide patrimoine civil de la ville, à fleur de canal. Le style Renaissance flamande et les nombreux bâtiments classiques ou rococo combleront les visiteurs à la recherche d’une visite culturelle riche et harmonieuse.

Gand

Les canaux sont visitables en barque, comme à Bruges, et ne manquent d’aucun charme par rapport à la cousine occidentale de la ville.

Première ville universitaire belge

On notera également que Gand est la première ville universitaire de Belgique. Les étudiants, très nombreux dans la ville, donnent donc un sentiment de vitalité et d’énergie à l’ensemble qui tranche avec le côté endormi de Bruges. Les amateurs de vie nocturne et de boeuf improvisé dans les bars en auront pour leur argent.

Gand

Où manger authentique?

Pour se restaurer de façon conviviale, avec des produits de qualité (notamment une côte de boeuf tout à fait goûteuse), le visiteur choisira la Brasserie du Progrès, face à la vieille boucherie et à la Grande Poste de Gand, à un jet de pierre de Saint-Bavon. Ne pas manquer, bien entendu, les nombreuses bières pression ou en bouteille. Mais les petits malins auront une préférence pour le Champagne Josselin à un tarif défiant toute concurrence (50 euros la bouteille). L’occasion de siroter une coupe sur une terrasse splendide.

 

Où dormir à Gand?

On privilégiera le centre historique qui comporte une offre hôtelière assez variée et riche. Ne pas craindre le Novotel du centre, qui donne sur la cathédrale et comporte une piscine extérieure bien pratique en été…

Y aller

De Paris, le voyage à Gand est direct en voiture par autoroute (compter 3h de route sans stress et avec embouteillages à Lille et à Gand). Mais on peut y aller en Thalys, soit avec le Paris-Gand, soit en descendant à Bruxelles pour prendre un train intérieur jusqu’à Gand (40 minutes de trajet).

print

1 commentaire sur Gand est-elle la plus belle ville de Belgique?

  1. Un « ville française », humm pas vraiement, faut vraiment nuancer. Durant tout le Moyen Age la Flandre, y compris Gand, a presque toujours réussi à s’extirper de l’autorité des rois de France, tantôt par le comté de Flandre qui ne se soumettra pas au roi, tantôt par l’indépendance communale dont a jouit les villes durant des siècles, dont Gand (ce furent des cité-états indépendante, dont la liberté était symbolisée par les beffrois), et enfin par la période bourguignonne. Bref, Gand n’a connu que de courtes périodes où elle était soumise à l’autorité de la France pour de vrai, les Flamands y ont toujours rapidement mis fins par des révoltes et des guerres (plusieurs fois victorieuses) contre le roi de France, où diverses manœuvres pour glisser comme des anguilles et finir par échapper d’une manière ou d’une autre à la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Les Républicains sont-ils trop sûrs de gagner?

L'université d'été de La Baule, qui réunit les Républicains agités par leur primaire, donne un spectacle étrange: celui d'une tribu...

Fermer