Gattaz bientôt récompensé par le gouvernement en échange d’un départ anticipé?

Le Canard Enchaîné vient de révéler que Pierre Gattaz envisageait l’achat d’un château à 11 millions € dans le sud de la France pour y passer une retraite paisible. Mais la nouvelle vie du président MEDEF risque bien de ne pas s’arrêter là.

La nouvelle n’est pas très rassurante pour les patrons: le président de la confédération d’employeurs la plus puissante prépare sa retraite au moment même où le gouvernement négocie le bout de gras sur une réforme en profondeur du Code du Travail. C’est évidemment la porte ouverte à toutes les tentations, et le pire est à craindre.

Gattaz parisotisé au sein du MEDEF?

Selon nos informations, ils sont nombreux, au coeur de la maison MEDEF, à craindre le coup fourré. Gattaz ne serait en effet plus le même et aurait trop bu le sirop de la notoriété pour désormais pouvoir s’en passer. Ah! les lambris de la République, les interviews dans la presse, les dîners dans les salons qui comptent de la capitale. Tout cela est si grisant!

Là où Gattaz avait fait profession de rompre avec la logique Parisot, les paillettes ont eu raison des réticences les mieux ancrées. 

Macron veut se passer de Gattaz

Le renard Macron aurait senti la bonne affaire. S’il juge le président du MEDEF trop incertain ou imprévisible, il a compris qu’il pouvait le circonvenir en lui offrant une retraite dorée aux frais de la République. 

Il se murmure donc que, d’ici à la fin de l’année, une nouvelle fracassante pourrait intervenir, comme une promotion de Gattaz dans la sphère de la francophonie. L’actuel président du MEDEF pourra y tester les bienfaits de la dépense publique somptuaire. 

Une succession précipitée à la tête du MEDEF

L’enjeu, pour Macron, se tient sur le fond. Le Président peut légitimement imaginer que le boomerang des ordonnances atteint progressivement le bout de sa course aller et qu’il devrait rapidement revenir dans la figure de ses initiateurs. Face à un très plausible scénario de crise et de rentrée chaude, une nouvelle étape de réformes sociales pourrait être annoncée, cette fois sans Muriel Pénicaud, grillée par ses affaires judiciaires… et sans Pierre Gattaz, jugé non fiable. 

Cette seconde étape viserait à redorer le blason « social » du gouvernement. 

Vers un patronat paternaliste

Pour mener à bien cette phase seconde, Macron préfèrerait un patron plus social. Henri de Castries lui aurait glissé l’idée de s’appuyer sur Jean-Dominique Sénard, président de Michelin, pour l’épauler dans ce « renouvellement ». 

Celui-ci consisterait notamment à imposer l’actionnariat salarial, y compris dans les PME, et la représentation des salariés dans les conseils d’administration. Faire participer le travail au capital: une vieille idée gaullienne qui promet de beaux discours macroniens pour commémorer les bons souvenirs devant des journalistes subventionnés ébahis. 

On s’en régale par avance. 

Le calendrier du MEDEF bouleversé

Le comité des investitures devait se prononcer en octobre sur les candidatures à la présidence en 2018. Manifestement, l’ordre des choses sera changé et des élections anticipées (et pipées) devraient avoir lieu. 

Les services et l’industrie se sont d’ores et déjà mis d’accord sur la candidature du président de Michelon, Jean-Dominique Sénard. Voilà qui clôt au moins quelques candidatures périphériques comme celle de Bernard Spitz, président de la Fédération Française des Assurances, qui s’imaginait succéder à Gattaz. 

Reste à savoir si Roux de Bézieux maintiendra la sienne…

1 commentaire sur Gattaz bientôt récompensé par le gouvernement en échange d’un départ anticipé?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Ordonnances: le boomerang est parti vers l’horizon du conflit

Les ordonnances permettront-elles réellement d'embaucher plus facilement en diminuant les rigidités réglementaires qui pèsent sur les recrutements ou pas? La...

Fermer