Gilets Jaunes : des véhicules blindés seront bien déployés dans les rues de Paris

vbrg , vehicule blindé a roues de la gendarmerie

Lors de sa conférence de presse de vendredi 7 décembre, Christophe Castaner a expliqué mobiliser des moyens de grande envergure pour ne pas que les mêmes scènes de violences de samedi 1 décembre ne reproduisent. Craignant l’arrivée de black-blocs venus de l’étranger, le ministre de l’Intérieur explique que les effectifs des forces de l’ordre seront doublés, de même qu’ils bénéficieront de l’appui des blindés de la gendarmerie. 

Le gouvernement craint donc plus que tout l’acte IV du mouvement des Gilets Jaunes qui aura lieu ce samedi 8 décembre. Pour contrer ce mouvement et essayer d’éviter de voir se répéter les mêmes scènes de violences que lors du samedi précédent, le ministère de l’Intérieur a décédé de mobiliser des « moyens exceptionnels ».

Des blindés dans les rues de Paris

Parmi les mesures annoncées, il y avait une interrogation sur la présence des véhicules blindés de la gendarmerie. Présent à l’audition de Christophe Castaner par la commission des Lois de l’Assemblée Nationale, le général d’armée Richard Lizurey a d’abord rappelé que si les blindés n’avaient pas été mobilisés le 1er décembre, c’est que cette mobilisation n’apparaissait pas « utile ».

Les véhicules blindés à roues doivent être engagés dans des situations particulières, face à des tirs directs sur les troupes – cela permet de progresser sous le blindage – ou pour pousser un certain nombre de barricades qui auraient pu être installées.

Général d’armée Richard Lizurey

Il déclarait ensuite que ces blindés restaient « à disposition du gouvernement ou du préfet de police s’il y avait lieu d’intervenir ». C’est maintenant chose faîte puisque lors de la conférence de presse de ce vendredi 7 décembre, le ministre de l’Intérieur a expliqué engager des moyens exceptionnels pour réprimer les mouvements violents prévus le samedi 8 décembre.

Parmi ces moyens, Christophe Castaner explique que seront mobilisés « 89 000 policiers en gendarmes dans tout le pays, des moyens exceptionnels seront mis à disposition dans leur département pour assurer l’ordre public et la protection des institutions. »

A Paris, ce sont 8 000 hommes qui seront déployés. Des véhicules blindés à roues seront aussi mobilisés.

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur

Du côté des forces de l’ordre, les effectifs seront donc doublés par rapport à samedi dernier où seulement 4 000 hommes étaient mobilisés à Paris, pour les résultats que l’on connait.

Mais surtout, le ministre de l’Intérieur a donc fait officiellement appel aux forces blindés stationnés à Versailles-Satory. Il précise qu’il ne s’agit pas de l’armée. Nous ne verrons donc pas encore des chars Leclerc passer dans les rues de Paris. Pour autant, ces véhicules, qui ont été utilisés lors de l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes, serviront principalement à franchir des barricades tout en sécurisant les institutions.

L’armée, à laquelle est rattachée la gendarmerie, dispose de 71 de ces véhicules. Entrés en service en 1974, ils sont vieillissants mais permettent aux gendarmes de progresser dans des situations tendues, tout en permettant de réaffecter d’autres agents à une nouvelle zone d’action. 

Côté équipement, ces véhicules ne sont pas armés avec des armes de guerre. Pour autant, ils disposent « d’équipement de contre-tir sous tourelle, le tir de grenades lacrymogènes sous tourelle, la diffusion de gaz lacrymogène. » Certaines versions sont équipées d’une lame qui permet de dégager les axes de circulation d’éventuels obstacles et barricades.

Ces véhicules font aussi peser une dimension psychologique importante. Clairement, il s’agit du dernier recours avant la mobilisation de l’armée. Preuve que le gouvernement craint vraiment que le point de non-retour soit atteint ce samedi 8 décembre.

 

Lors de sa conférence de presse, Christophe Castaner a par exemple expliqué redouter que des black-blocs venus de l’étranger ne se mobilisent. De même, deux syndicats de police ont expliqué qu’il n’est pas impossible de voir des policiers utiliser leurs armes contre les manifestants. Si le niveau de violence est au moins égal à celui du samedi 1er décembre, ils craignent « des morts de chaque côté ».

2 commentaires sur Gilets Jaunes : des véhicules blindés seront bien déployés dans les rues de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Gilets Jaunes : Christophe Castaner porte plainte contre Nicolas Dupont-Aignan après sa déclaration sur les « petits casseurs de Castaner »

Interrogé par les journalistes du Quotidien, Nicolas Dupont-Aignan a réagi en accusant à demi-mots le gouvernement de participer aux violences...

Fermer