Gilets jaunes : Marlène Schiappa voit une « infiltration de l’extrême droite » dans l’appel au blocage

La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes est revenue sur le mouvement du 17 novembre qui se profile. Alors que les syndicats ne se montrent pas plus emballés que ça, Marlène Schiappa estime que le mouvement souffre de récupérations politiques et particulièrement de l’extrême droite. 

Invitée jeudi 15 novembre par FranceInfo, Marlène Schiappa est revenue sur l’organisation du mouvement de blocage prévu pour le 17 novembre partout en France. Elle affirme que si « des gens de bonne fois s’interrogent [sur les pages Facebook] sur la manière dont ils vont boucler leur fin de mois », elle constate aussi des commentaires dérangeants dans les groupes Facebook.

La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes y voit une « infiltration de l’extrême droite qui tenterait de récupérer le mouvement ».

Récupération or not ?

Plus loin dans son explication, Marlène Schiappa dénonce la récupération politique du mouvement du 17 novembre par Jean-Luc Mélenchon et le PS. Mais ses critiques les plus virulentes se portent contre le Rassemblement National, l’extrême droite et Robert Ménard.

Elle dénonce d’ailleurs la publication par le maire de Béziers d’une affiche qui fait, actualité oblige, l’amalgame entre les poilus et les gilets jaunes.  Une publication qu’elle juge « scandaleuse » quand bien-même elle estime que « chacun est libre de manifester« .

Critiqué et très actif sur les réseaux sociaux, Robert Ménard a répondu à ceux qui trouvaient sa campagne indécente en expliquant que les critiques étaient « faciles depuis Paris. Que ce sont qui ignorent la détresse des Français qui sont indécents. »

Alors, le mouvement du 17 novembre a-t-il été récupéré ? Oui et non. Peu de partis politiques ont officiellement pris position en faveur du mouvement. Le Rassemblement National appelle effectivement à manifester, une partie de sa communication est basée dessus, comme en témoignent les affiches de Robert Ménard mais rien de plus. 

Dans un communiqué, Marine Le Pen affirme respecter « le caractère apolitique des manifestations du 17 novembre, qui visent à réunir TOUS les Français opposés à cette politique, quel que soit leur bord. Nos militants, cadres et élus y participeront, mais nous ne tracterons pas ce jour. »

Sensiblement la même du côté de Debout La France et de Nicolas Dupont-Aignan. « Il faut bloquer toute la France le 17 novembre, il faut que la population française dise à ce gouvernement : ‘maintenant ça suffit' » avait déclaré le leader du mouvement. Un million de tracts aurait été imprimés mais pas de manifestation politique en vue. 

Par ailleurs, il est aussi à signaler que les syndicats se montrent assez peu présent avec le mouvement du 17 novembre. Ou alors en toute discrétion. Alors, récupération ou pas ? Une réponse claire ne peut être trouvée. Néanmoins, ce questionnement et ces affirmations de Marlène Schiappa, en plus de celles de Christophe « Castagne » Castaner qui explique qu’il ne laissera aucun blocage se faire, montrent une chose : le gouvernement prend très au sérieux le mouvement du 17 novembre.

3 commentaires sur Gilets jaunes : Marlène Schiappa voit une « infiltration de l’extrême droite » dans l’appel au blocage

  1. Ce blocage est une chance inesperee de mettre fin a cette gestion desastreuse de la France par une elite imbue d’elle meme, et incapable d’appuyer la ou c’est necessaire, c’est a dire dans les depenses abusives et honteuses de l’etat.

  2. Mon slogan de samedi sera: « Macron, c’est NON » !
    NB. J’habite en ville, n’ai pas de voiture et n’utilise pas les énergies fossiles pour chauffer le cocon familial, mais samedi je BLOQUERAI les ronds-points de la belle Touraine avec une voiture que j’ai louée JUSTE POUR LA JOURNEE 1/ par solidarité avec nos concitoyens moins fortunés et 2/ pour affaiblir encore un peu plus la popularité du zozo ultra-libéral, mondialiste et islamophile qui a pris l’Elysée par effraction et surtout PAR FRAUDE en mai 2017 et qui n’a de Français que le passeport.

  3. Hmm, je me demande si « l’évènement Schiappa » mérite vraiment que je m’use le bout des doigts ; m’enfin, allons-y.

    Déjà, il est fort étonnant qu’elle n’ait pas trouvé la place pour insérer un laïus fustigeant le mâle blanc – et puis, j’ai déjà mal aux doigts, alors, concluons sur la remarque que quoi que cette aimable esthète puisse dire, c’est bien peu et plus proche du rien que du moins que rien (puisque 3 fois rien, c’est déjà quelque chose;-)
    Il est clair qu’en presque 50 ans, le niveau à chuté d’une bonne altitude (Weil, Garaud, par exemple) aux abysses des fosses Marianne.

    Même pas de quoi s’exciter un seul neurone sur la navrance de toute cette faune rance au Q.I. d’huître qui ne présente aucun intérêt et ne sait qu’empiler avec brio conneries sur conneries, formation d’énarque oblige ; d’ailleurs, ça n’est pas larem que le bouzyn devrait s’appeler, mais laremdqtacs (la remarque débile qui tue à coup sûr.)

    Quand aux autres aimables esthètes, ceux qui tentent de faire de la récup’ sur un mouvement tel que celui-là qu’ils sont à des années-lumières de pouvoir comprendre… que dire… en restant gentil, que ce sont des gens d’un autre siècle, qui n’est pas le XXème ; comme quoi, le voyage dans le temps est possible.

    À vue de nez, il semblerait que les choses ne sont pas trop mal engagées pour que le bon peuple en arrive à écarter hargneusement tout discours vide et toute promesse intenable et/ou irréaliste, et, peut-être, ira-t-il jusqu’à taper du poing sur la table pour exiger des solutions viables, appliquables maintenant et pas dans 107 ans ; seuls problèmes : il faut des gens couillus pour appliquer les remèdes (de cheval) voulus à l’appareil d’état français et il faudrait le faire très vite… Qui vivra verra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Pavageau
Dépenses somptuaires chez Force Ouvrière : le syndrome d’un syndicalisme hors-sol

En pleine campagne électorale interne, Force Ouvrière fait de nouveau parler d'elle pour de mauvaises raisons, le Parisien ayant dévoilé lundi le...

Fermer