Le goûter de Macron n’aurait pas plu aux policiers

Le Président Macron a de nouveau montré sa légèreté en donnant un simple goûter aux policiers chargés de sa sécurité. Comme le révèle la presse locale, cette initiative n’est pas du goût des intéressés.

Un goûter difficile à digérer

On pourrait croire qu’il s’agit là d’un geste amical étant donné que M. Macron visitait une école primaire. Mais en ce lundi de rentrée, les policiers chargés de la sécurité du Président, à pied d’œuvre 10 heures durant, ont attendu le véritable repas en vain.

Rien de plus à manger, à croire que les forces de l’ordre ont l’estomac d’un écolier. Cette plaisanterie n’a pas fait rire tout le monde car le syndicat Unité SGP Police-FO entend bien saisir le préfet et le CHSCT. En pratique, les policiers en déplacement ont en effet le droit à un forfait repas de 15,25€, un montant loin d’être atteint par la pomme, la petite bouteille, le jus d’orange et le paquet de biscuits donné aux agents lundi dernier.

Le secrétaire départemental d’Unité-SGP-Police FO en Meurthe-et-Moselle, Abdel Nahass réagit : c’est toujours la DDSP qui reçoit – ici la Moselle – qui à la charge d’assurer la restauration. Avec la possibilité de demander un remboursement à l’administration et en cas de déplacement hors du lieu de résidence, les fonctionnaires ont droit à un forfait repas de 15,25 €. Là, on en est loin !

1 commentaire sur Le goûter de Macron n’aurait pas plu aux policiers

  1. oui mais il avait claqué tant d’argent pour se maquiller que l’enveloppe prévue pour cette opération de communication étant déjà épuisée. il faut que ces policiers « de rien » fassent preuve de plus de compréhension

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Le commerce extérieur français encore en berne

Pas de miracle économique en juillet dernier, le déficit du commerce extérieur de la France s'est, une fois de plus,...

Fermer