Darmanin avoue à contre-cœur l’inefficacité de la lutte anti-tabac

Ce mercredi 27 septembre, à la suite de l'annonce du budget 2018 par le gouvernement, Gérald Darmanin, ministre de l'action et des comptes publics, était auditionné par la Commission des Finances. Questionné sur l'efficacité de la hausse du prix du tabac, il s'est livré à une confession pour le moins gênante. 

Après les exposés de Bruno Le Maire et de Gérald Darmanin, le rapporteur général Joël Giraud se prêtait au jeu des questions-réponses avec les ministres. Tous les sujets étaient abordés, des dépenses publiques aux problèmes d'effectifs policiers. Sans oublier l'une des thématiques les plus discutées du moment, celle de la hausse du prix du tabac.

La hausse fiscale du prix n'a aucun impact sur le nombre de fumeurs

Avec la plus grande des précautions, Gérald Darmanin revient sur la hausse du prix du tabac. Et si de son côté, on pourrait aussi voir le verre (voire le cendrier) à moitié plein, il s'explique sur les résultats de la lutte anti-tabac.

Nous avons peut-être un peu sous-estimé l'importance des recettes. C'est vrai que nous pourrions imaginer attendre un peu plus de recette, ce qui veut dire que la lutte contre le tabac n'est pas extrêmement efficace. 

Gérarld Darmanin, le 27 septembre devant la Commission des Finances

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce revirement. Le premier serait que les hausses fiscales du tabac en France n'ont que peu d'impact sur le nombre de fumeurs. Selon l'administration des douanes, les livraisons de paquets de cigarettes aux buralistes ont augmenté de 1,4% au premier trimestre de cette année, par rapport à la même période en 2016.

Le deuxième serait que l'Etat ne touche qu'une faible partie des taxes sur les cigarettes. Le dossier prêt, et la plume affûtée, Joël Giraud détaille : "Les hausses du prix du tabac bénéficient à la Sécurité Sociale. Le rendement de la hausse de la fiscalité du tabac n'est que de 0,5 milliard d'euros, c'est bien faible pour une hausse d'un euros."

Alors voilà, les recettes initiales de la hausse du tabac seraient élevées (synonyme d'échec de la lutte contre la consommation) mais en plus, l'Etat ne toucherait pas autant que prévu. Ces 500 millions d'euros iraient en grande partie dans les caisses de la Sécurité Sociale. 80% exactement. En grossissant énormément le trait, en fumant sa cigarette, un fumeur cotiserait donc pour ses éventuels futurs soins. Et comme Gérald Darmanin table sur des recettes au moins équivalentes pour les prochaines années, voilà qui pourrait expliquer les prochaines hausses annoncées du prix des paquets de cigarettes. 

Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, Gérald Darmanin veut maintenant s'attaquer à la Française des Jeux. Si une hausse des prix des jeux de grattage et des grilles de loto n'est pas (encore) à l'ordre du jour, c'est la privatisation totale ou partielle de la FDJ qui est annoncée. Un moyen à court terme de remplir les caisses. Et à la fin, c'est le gouvernement qui gagne

1 commentaire sur Darmanin avoue à contre-cœur l’inefficacité de la lutte anti-tabac

  1. Puisque MACRON est à l’origine de cette idée folle du paquet de cigarettes à 10 euros et qu’il semble donc préoccupé par le tabac, je vous propose, si cette idée vous plait, de lui adresser un peu de tabac ou une cigarette placés dans une enveloppe à son intention (nul besoin de rédiger un texte ou de laisser son nom) :
    M. Emmanuel MACRON
    Président de la République (facultatif)
    Palais de l’Élysée
    55, Rue du Faubourg Saint-Honoré
    75008 Paris

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. VAP'BREVES : L'actualité du Vendredi 29 Septembre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Des professions libérales pas si libres que ça en Europe

Les professions libérales ne sont pas toujours aussi libres d'exercer à travers l'Union européenne. C'est ce que viennent de constater...

Fermer