Grippe aviaire: après notre scoop, la justice ouvre une enquête

D&E a évoqué fin janvier, avec plusieurs scoops et un reportage sur place, les doutes que l’épidémie de grippe aviaire dans le sud-ouest de la France pouvaient faire naître. En particulier, les circonstances troublantes dans lesquelles les zones d’abattage se sont mises en place, obligeant les éleveurs liés à une coopérative à abattre leurs animaux, là où les producteurs indépendants pouvaient continuer à gaver sans restriction.

Notre scoop suivi d’une enquête judiciaire…

Avec satisfaction, nous apprenons que la justice s’est emparée de ce sujet.

Une enquête pour « tromperie aggravée » a été ouverte concernant le transport de la volaille dans le Sud Ouest. En effet, des lots pourraient avoir été envoyés aux éleveurs, tout en sachant qu’ils étaient contaminés.

Les faits incriminés à ce stade concerneraient seulement des livraisons de canetons fin novembre 2016 par la coopérative Vivadour. Mais il est très vraisemblable que le Pôle Santé Publique du parquet de Paris élargisse ses diligences à d’autres faits, si l’enquête est menée sérieusement bien entendu.

Rappelons que l’abattage massif de canards, souvent sains et dans des conditions abominables (sur lesquelles nous n’avons pas entendu les organisations en charge du bien-être animal), n’a pas suffi à enrayer une épidémie dont on peine à cerner le sérieux.

Nous continuerons à suivre ce dossier…

print

1 commentaire sur Grippe aviaire: après notre scoop, la justice ouvre une enquête

  1. Ce serait donc une sorte de guerre bactériologique appliquée à un activité économique??? Si c’est le cas on peut rappeler que c’est interdit par les conventions internationales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Attribution d’offices notariaux : comment garantir la régularité du tirage au sort?

Le juge des référés du Conseil d’État a rendu, le 8 février 2017, une ordonnance relative à l’attribution des nouveaux...

Fermer