Le HCR confirme que la crise des réfugiés continue

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 1412 fois

Le HCR a dressé un bilan de la crise des réfugiés en Europe.

Le nombre de réfugiés et de migrants ayant atteint les côtes européennes depuis le début de l’année a dépassé la barre des 300.000, a indiqué le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), qui réclame des voies d’admission pour les réfugiés et une réinstallation rapide hors d’Italie et de Grèce.

« Ce chiffre est considérablement inférieur aux 520.000 arrivées maritimes enregistrées au cours des neuf premiers mois de 2015, mais il est supérieur aux 216.054 arrivées enregistrées sur toute l’année 2014 », a précisé un porte-parole du HCR, William Spindler, lors d’une conférence de presse mardi à Genève.

Un examen plus précis des deux principaux pays d’arrivée, la Grèce et l’Italie, révèle des différences importantes. Les arrivées en Italie cette année suivent la même tendance que l’année dernière, 130.411 réfugiés et migrants étant entrés en 2016, comparés aux 132.071 arrivées au cours des neuf premiers mois de l’année dernière.

En revanche, la Grèce avait connu une forte augmentation du nombre d’arrivées par la mer l’année dernière, avec 385.069 personnes à la fin septembre. Cette année, il y a eu une forte baisse des arrivées, passées de 67.415 en janvier à environ 2.000 à ce jour en septembre, ce qui conduit à un total de 165.750 cette année, soit une diminution de 57% par rapport aux 385.069 arrivées enregistrées en Grèce au cours des neuf premiers mois de l’année dernière.

Les principales nationalités qui arrivent en Grèce (Syrie 48%, Afghanistan 25%, Iraq 15%, Pakistan 4% et Iran 3%) sont également différentes de celles qui atteignent l’Italie (Nigéria 20%; Erythrée 12%; Gambie/Guinée/Soudan/Côte d’Ivoire (7% chacun). Pour l’ensemble de la Méditerranée, cinq nationalités représentent 68% de toutes les arrivées (Syrie 30%, Afghanistan 16%, Iraq 10%, Nigéria 7%, Erythrée 5%).

Bien que le nombre de traversées cette année soit plus bas qu’au cours de la même période l’année dernière, le nombre de personnes décédées ou portées disparues jusqu’à présent (3.211) n’est inférieur que de 15% au nombre total de victimes pendant toute l’année 2015 (3.771).

« A ce rythme, 2016 sera l’année la plus meurtrière jamais connue en mer Méditerranée », a dit le porte-parole du HCR.

« Cette situation souligne l’urgente nécessité pour les Etats de renforcer les voies d’admission pour les réfugiés comme, par exemple, la réinstallation, le parrainage privé, la réunification familiale et les bourses d’études afin que les réfugiés ne soient pas obligés d’avoir recours à des passeurs et d’entreprendre de dangereux périples », a-t-il ajouté. « Dans le même temps, le plan adopté il y a un an par l’Union européenne (UE) et les Etats membres visant à réinstaller 160.000 demandeurs d’asile principalement à partir de la Grèce et de l’Italie vers les autres pays européens doit être complètement mis en œuvre ».

Jusqu’à présent, moins de 5.000 demandeurs d’asile ont été réinstallés à partir de la Grèce (3.791) et de l’Italie (1.156).

« Nous demandons instamment aux Etats membres de l’UE d’augmenter leurs engagements, notamment pour les enfants non accompagnés et séparés, d’accélérer l’enregistrement et les transferts de candidats et de permettre à plus de nationalités fuyant la guerre et la persécution d’avoir accès à ce mécanisme », a dit M. Spindler.

Par ailleurs, le HCR a indiqué qu’un incendie s’est déclaré lundi soir dans le centre d’accueil de Moria sur l’île grecque de Lesbos, suite à des affrontements entre résidents. Un grand nombre de réfugiés et de migrants a été obligé de quitter le site géré par le gouvernement.

Environ 4.400 personnes étaient hébergées dans la structure au moment du sinistre. Selon les premiers rapports, l’incendie n’a pas fait de victimes mais au moins 30 personnes auraient subi des blessures légères et auraient été transportées à l’hôpital. Plus de 50 unités d’hébergement de réfugiés du HCR, accueillant quelque 800 personnes, ont été totalement détruites. D’autres dégâts matériels sont à déplorer, notamment la destruction de tentes.

« Si la cause de l’incendie n’a pas encore été déterminée, cet incident confirme la situation sécuritaire critique à Moria et dans d’autres structures d’accueil. Le HCR a sollicité les autorités chargées de la sécurité et de l’application de la loi à plusieurs reprises pour qu’elles renforcent la sécurité afin de protéger les réfugiés, les migrants, les travailleurs humanitaires et les fonctionnaires qui travaillent dans ces sites », a déclaré M. Spindler. « Le renforcement de la sécurité contribuerait également à faire diminuer le sentiment d’insécurité de la population grecque vivant à proximité ».

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Hollande annonce l’accueil de 30.000 réfugiés

Lors du Sommet de l'ONU sur la crise des réfugiés, le président Hollande a annoncé que la France accueillerait 30.000...

Fermer