Ils ont osé travailler et y prendre du plaisir : les restaurateurs de Dijon sanctionnés par l’Inspection du Travail !

Une vingtaine de restaurateurs dijonnais ont reçu des amendes allant de 750€ à 13 500€ ! Leur seul tort : avoir ouvert boutique le 1er mai alors même que leurs salariés étaient d’accord et payés double. 

Travailler plus pour gagner plus. Oui, mais pas trop non plus. Et alors surtout pas si vous y prenez du plaisir ou si vous rendez-service aux gens. Plusieurs restaurateurs dijonnais ont fait l’amère expérience de recevoir une amende de la part de l’Inspection du Travail pour avoir osé ouvrir le 1er mai…

750€ par personne sur place

Sur les terrasse ou à l’intérieur des établissements, les clients se massaient pour déguster quelques plats. Seulement, vers midi, Coskun Remzi explique avoir dû mettre dehors tous les clients déjà attablés. Il en valait de même avec son personnel et lui-même : chacun était prié de rentrer chez soi. 

Et pour cause, deux inspecteurs du travail avaient fait irruption avant le service pour signifier au gérant que le 1er mai était un jour férié mais surtout chômé. Et que si ce dernier s’obstinait à maintenir son service, il en serait quitte pour 750€ par membres du personnel présent dans l’établissement.

Ça fait 25 ans que je suis sur la place Emile Zola, on a jamais vu ça.

Coskun Remzi, gérant d’une pizzeria

Ils sont une vingtaine de restaurateurs dans le cas de Coskun à avoir reçu la visite d’inspecteurs du travail. Avec pour les contrevenants, des amendes qui explosent. Pour une gérante de deux établissements ouverts il y a à peine deux ans, la facture pourrait s’élever à 13 500€ !

Le zèle est-il de rigueur à l’Inspection du travail ?

Ces sanctions prisent par l’Inspection du travail se basent sur l’article L3133-4 du code du travail. Seuls quelques établissements ont la possibilité de rester ouverts pendant « La Fête du travail ».

Néanmoins, dans les établissements et services, qui en raison de la nature de leur activité (hôpitaux, transports publics…), ne peuvent interrompre le travail, les salariés peuvent être amenés à travailler (3).

Les salariés occupés le 1er mai ont alors droit, en plus du salaire correspondant au travail accompli, à une indemnité égale au montant de ce salaire. Cette indemnité est à la charge de l’employeur.

Concrètement, si vos salariés travaillent le 1er mai, vous devez leur verser le double de leur salaire habituel.

Aucun repos compensateur ne peut remplacer cette majoration de rémunération de 100%.

Seulement, on constate que le Journal Officiel dispose de nouveaux paragraphes, dont l’un explicite ce que sont ces établissements qui ne peuvent interrompre leur travail de par la nature de leur activité. Et à l’intérieur, on retrouve…les hôtels, cafés et restaurants.

L’UMIH indique avoir adressé un courrier afin que l’Inspection du travail rende des comptes. Mais cette dernière n’a ni répondu au syndicat, ni aux journalistes de France 3 qui ont tenté de la joindre.

Reste à savoir quelle suite sera donnée aux sanctions données à l’encontre des restaurateurs concernés. En attendant, ces derniers ont repris leur activité, comme si de rien n’était, en attendant une réponse. Pendant ce temps, l’Inspection du travail peut continuer à tranquillement faire la chasse à ceux qui osent travailler. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
La région des Pays de la Loire a payé un an de salaire à son directeur du Centre culturel de l’Ouest sans qu’il n’y exerce

La Cour des comptes est revenue sur la gestion du Centre Culturel de l'Ouest. Dans son rapport, elle montre que...

Fermer