Imposition des dividendes: la Commission lance une procédure contre la France

La Commission Européenne annonce que, sur la question de l’imposition des dividendes, elle saisit la Cour de Justice de l’Union Européenne du refus français de se conformer à la réglementation communautaire. Voici le texte de son communiqué:

La Commission européenne demande aujourd’hui à la France de se conformer pleinement à un arrêt (Accor C-310/09) de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) du 15 septembre 2011.

Le contentieux en question concerne la restitution de montants d’impôt versés en France par des sociétés détenant des filiales dans d’autres Etats de l’Union européenne (dans le cadre du dispositif appelé « précompte mobilier »). Le Conseil d’Etat, qui avait pourtant saisi la Cour via des questions préjudicielles, a fait une interprétation restrictive de l’arrêt de la CJUE dans deux arrêts rendus en décembre 2012. La Commission estime que ces arrêts ne respectent pas le droit de l’Union.

Contexte

La Commission saisit la Cour de Justice de l’Union européenne pour manquement de la France en raison du maintien d’une discrimination en matière d’imposition des dividendes ayant leur source dans d’autres États membres de l’UE.

En effet, la Commission considère que la France ne respecte pas l’arrêt de la Cour du 15 septembre 2011 sur trois points spécifiques:

– elle ne tient pas compte de l’imposition déjà acquittée par les sous-filiales non françaises;

– elle limite le système de crédit d’impôt à un tiers du dividende redistribué par une filiale non française. Cette limitation constitue une différence de traitement entre sociétés percevant des dividendes en provenance d’autres Etats membres et celles percevant des dividendes d’origine française. Pour la Commission, cela est contraire au droit d’établissement et à la libre circulation du capital;

– elle maintient, pour limiter le droit au remboursement des sociétés concernées, des exigences quant à la preuve à apporter, ne respectant pas les critères dégagés par la Cour de Justice dans l’arrêt précité.

La Commission avait adressé à la France une lettre de mise en demeure le 27 novembre 2014, suivie d’un avis motivé, le 29 avril 2016. Comme la France ne s’est toujours pas mise en conformité, la Commission saisit à présent la Cour de justice de l’Union européenne.

Pour plus d’informations

— Sur les décisions importantes concernant les procédures d’infraction de décembre 2016, voir le MEMO/16/4211;

— Sur la procédure générale d’infraction, voir le MEMO/12/12;

— Sur les procédures d’infraction.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
De « Sully » à Trump : la légende de l’individu contre l’organisation

Article paru sur le site The Conversation, sous la signature d'Hervé Laroche. Dans le film Sully, Clint Eastwood retrace l’exploit...

Fermer