Jacques Bichot: « Macron commet la même erreur que les Suédois »

Le professeur Bichot nous a accordé une interview sur la retraite par répartition et sur sa possible réforme, proposée par Emmanuel Macron, en un système par points. Cette réforme, généralement appelée systémique, appelle un certain nombre de questions techniques avec lesquelles le public est peu familier, mais qui sont pourtant fondamentales.

Le professeur Bichot et la « bonne répartition »

Comme le rappelle cet expert, la retraite par répartition est fondé sur un système de Ponzi. Cela ne signifie pas que la retraite par capitalisation soit une alternative crédible. En revanche, l’enseignant préconise de lier les sommes distribuées dans le cadre de la répartition à la richesse créée par une génération, et non à des droits acquis au moment où elle cotise.

Cette idée d’une mise en cohérence du volume des retraites avec la richesse créée est, au demeurant, imposée par la réalité. Dès lors que l’on admet que les retraites ne peuvent être financées par le déficit, les pouvoirs publics sont bien obligés de mettre leur montant en cohérence avec la richesse disponible au moment de leur versement. Toute la difficulté est de savoir comment répartir le plus justement l’effort à fournir pour équilibrer le coût des retraites.

Le projet d’Emmanuel Macron

On notera que, selon le professeur Bichot, le projet d’Emmanuel Macron s’inspire d’une logique rationnelle, mais maintient la fiction d’un versement des retraites qui pourrait être versé, comment en Suède, indépendamment de la situation économique globale.

 

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Retraites, paritarisme: Macron pas encore élu mais déjà fâché avec FO et la CFDT

S'il existe une bonne raison de voter pour Emmanuel Macron, elle tient principalement au rejet dont il fait déjà l'objet...

Fermer