Jusqu’au bout, des cas aberrants d’entrepreneurs maltraités par le RSI

Jusqu’au bout le RSI est bien décidé à infliger des souffrances aux entrepreneurs qui passent entre ses mains. Le dernier dossier ubuesque vient du département de la Sarthe. 

L’affaire est rapportée par le Maine Libre. Une entrepreneuse de 40 ans, possédant deux salons de coiffure dans la Sarthe, a été victime d’une saisie bancaire à la demande du RSI, sans coup férir, de 32.000 €. Brutalement, les comptes personnels et professionnels de l’intéressée ont été saisis.

On rapprochera volontiers cet acte hostile qui met en péril une entreprise comptant deux établissements dans des zones rurales (Sainte-Jamme-sur-Sarthe et Montbizot). Le recours à des saisines sans sommation manifeste une fois de plus l’étrange perception que les salariés du RSI peuvent avoir de leurs cotisants. 

Ce cas concret est à mettre en rapport avec les jérémiades des personnels concernés. Ceux-ci continuent à distiller le message propagandiste selon lequel les seuls problèmes du RSI seraient informatiques. Si l’informatique a bien posé problème au RSI, il est aussi vrai que les personnels du régime se sont largement comportés comme des fonctionnaires chargés d’administrer des récalcitrants. 

Cette relation chaotique n’a rien arrangé dans un régime inventé sur le modèle de la « sécu » des salariés, et qui continue à croire qu’il peut s’adapter à des indépendants. 

« C’est ma banque qui m’a prévenu mais ni le RSI ni l’huissier ne m’ont averti, fulmine la coiffeuse. Ils ont pris tout ce qu’ils pouvaient prendre sur mes comptes et livrets. Je n’ai plus rien aujourd’hui pour faire fonctionner mes deux salons et payer mes quatre salariés. Heureusement que ma banque me fait confiance. Sinon, je me retrouverais en liquidation judiciaire. C’est inadmissible, pour une erreur de leur part. »

4 commentaires sur Jusqu’au bout, des cas aberrants d’entrepreneurs maltraités par le RSI

  1. Décembre 2016 , le 23 , le jour du réveillon ,j’avais réussi à mettre un peu d’argent sur mon compte ,pour passer Noel et payer des factures .ce jours là l’huissier est passé à le banque et à tout pris , j’ai été voir mon banquier , il m’a dit c’est normal et ne peut rien faire. je lui ai demandé comment l’huissier savait que j’avais une rentrée d’argent , vous l’avez prévenu , non m’a t-il répondu , il passe par hasard à des dates clés. !!!!!
    j’ai passé un bon Noel , merci le rsi et Mr l’huissier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
Macron ne rompra pas avec le fantasme français de l’entrepreneur délinquant

Implicitement, les textes en vigueur présentent l'entrepreneur comme un délinquant. Macron avait donné l'illusion qu'il modifierait cette image. Le projet...

Fermer