La grève à la SNCF (nous) coûte 790 M€ !

21 millions par jour. 37 jours… Le mouvement de grève des cheminots contre la réforme ferroviaire du gouvernement a coûté 790 millions d’€uros à la SNCF, selon l’AFP. Les chiffres dépassent le bénéfice net de 679 millions d’€uros enregistré par le groupe en 2017. 

Traduction

Entre autres… 600 millions de recettes ont été perdues sur les activités « voyageurs ». 60 millions de ventes ont été perdues sur le fret. 160 millions d’euros – un chiffre sans précédent – ont été dépensés dans des mesures commerciales afin de réduire le préjudice subi par ses clients. Par exemple, bus de substitution, abonnements TGV Max gratuits pour le mois d’avril, des billets à prix réduits, le service de covoiturage IDVroom gratuit les jours de grève…

Le mouvement des cheminots s’est en revanche aussi traduit par une réduction des charges de l’entreprise pour 140 millions d’euros. Cette baisse provient des retenues sur salaires pour 100 millions d’euros et de moindres dépenses (en électricité notamment) liées au plus faible nombre de trains roulants.

On est plus à ça près

790 M€ qui viennent donc s’ajouter aux 55 milliards de dettes de la SNCF. Pas grave puisque l’Etat reprend 35 Mds€ à son compte… Enfin au notre !

Le ministre de l’Économie – contredisant un chouia le rapporteur général du budget – tente par ailleurs de nous rassurer :

La reprise de 35 Mds d’€uros de la dette de la SNCF ne plombera pas le déficit public… Elle aura évidemment un impact sur la dette publique, puisque ça accroît la dette publique française mais elle n’aura pas d’impact sur le déficit !

Bruno Le Maire

Là, je lis dans votre œil le début d’un léger doute sémantique à propos de ces propos… Et je tiens à vous rappeler les paroles de notre Premier ministre voici quelques semaines :

Il n’y aura pas d’impôt SNCF, mais ce sera une charge supplémentaire pour le contribuable.

Édouard Philippe

Ainsi donc, après avoir vécu, stressé, subi les grèves, les 2.100€ de « charges » par foyer assujetti à l’impôt sur le revenu vont glisser comme une pastille pour la gorge un jour d’hiver !

Mauvais coucheur

Décidément le rapporteur général du budget est un empêcheur de déficiter en rond :

La reprise de la dette de la SNCF va provoquer une hausse du déficit par rapport aux prévisions actuelles du gouvernement. Elle retardera le retour à l’équilibre des finances publiques prévu jusqu’à maintenant pour 2022.

Joël Giraud

Selon ses projections, le déficit public remonterait à 1,9% du PIB en 2020 (reprise de la première tranche de 20 milliards), au lieu de 0,9% attendus.

SNCF : La vérité est au bout… Du tunnel !

Suite à la déclaration de Joël Giraud, Bercy indiquait dans un communiqué :

Il n’est pas possible de se prononcer sur l’impact qu’aura la reprise de la dette sur la trajectoire des finances publiques. L’impact dépendra du traitement comptable de l’opération par l’Insee, qui a engagé des discussions avec Eurostat sur ce sujet et devrait se prononcer avant la fin de l’année…

Ministère de l’Économie et des Finances.

Je ne sais pas vous, mais moi je me sens rassuré ! Je vais commencer à économiser !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Google frappé d’une amende record de 4,3 milliards d’euros…

Accusé de concurrence déloyale par la Commission européenne, Google écope d’une amende record de 4,3 milliards d’euros. Une annonce qui...

Fermer