Lait contaminé : Lactalis au courant a omis l’obligation de transparence des entreprises

Suite au scandale sanitaire qui a touché le groupe Lactalis, avec le rappel de plus de 600 lots de produits infantiles contaminés, des révélations du Canard enchaîné viennent enfoncer le groupe. Il serait au courant depuis août de la présence de salmonelle dans son usine. Mais qu’en est-il de l’obligation de transparence des entreprises ?

Depuis août dernier, Lactalis Nutrition Santé avait déjà repéré des salmonelles sur du matériel de nettoyage et sur les carrelages de son usine de la Mayenne, révèle le Canard enchaîné. Le groupe s’est pourtant bien gardé de communiquer sur ses contrôles internes, comme il n’a pas l’obligation de le faire.

Les contrôleurs n’ont rien vu et ont « perdu » leur rapport

En septembre dernier, un contrôle de routine a eu lieu dans l’usine Lactalis de Craon dans la Mayenne. D’après les inspecteurs de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP), rattachés au ministère de l’Agriculture, le site était « blanc comme lait ». Pourtant le groupe était déjà au courant de la présence de salmonelle dans ses locaux, et s’est évidemment abstenue de le dire. Ce contrôle important et essentiel visiblement inefficace n’a donc pas fait peur au groupe. Et lors de l’alerte lancée par le ministère de la Santé, le gouvernement ignore que des salmonelles ont déjà été repérées sur les lieux de fabrication.

C’est le groupe d’enquête nationale des Fraudes qui découvre rapidement la présence de salmonelles dans une colonne de séchage, lors d’un contrôle le 2 décembre dernier. Pendant ce temps, leurs confrères de la DDCSPP qui ont réalisé le contrôle en septembre assuraient que leur rapport était introuvable… étrange !

L’obligation de transparence des entreprises n’a pas été respecté

On apprend également que le préfet de la Mayenne, Frédéric Veaux, a signé un décret le 9 décembre 2017 ordonnant une fermeture partielle de l’usine stoppant ainsi la production des laits pour nourrissons. Mais elle continuait de produire des boîtes de céréales. Fait qu’a immédiatement contesté Lactalis via l’AFP, assurant que « tout ce qui est fabriqué dans l’usine de Craon est arrêté depuis le 8 décembre ».

Une chose est sûre, Lactalis n’a pas respecté son obligation de transparence en gardant secret la présence d’une bactérie dans leur usine de production jusqu’à sa découverte par les pouvoirs publics. Pourtant, l’obligation pour les sociétés cotées sur un marché réglementé, de communiquer sur des informations sociales, environnementales et sociétales a été instituée par la loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économique (« NRE »).

Une tellement information provoquant la mise en danger de personnes n’aurait pas dû être cachée, mais Lactalis ne voulait certainement pas risquer de stopper la fabrication de son produit « phare »…

Comment les contrôleurs s’y sont pris pour ne détecter en septembre aucune salmonelle, alors que l’on sait aujourd’hui, après enquête, que l’usine était infectée depuis février, au moins?

Un expert en sécurité sanitaire des aliments au Canard enchaîné

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les sociétés cotées et non cotées dont le montant net du chiffre d’affaires est de 100 millions d’euros (Lactalis se situant à 18 milliards) doivent communiquer sur les informations sociales (santé et sécurité, organisation du travail…), environnementales (moyens consacrés à la prévention des risques environnements et des pollutions, organisation de la société…) entre autres.

2 commentaires sur Lait contaminé : Lactalis au courant a omis l’obligation de transparence des entreprises

  1. plutôt que de raconter des sornettes, il vaudrait mieux passer à l’action et virer les 10 ou 15 dirigeants de ce groupe afin d’en nommer d’autres par le conseil d’administration (les « virés » en étant exclus) et à défaut par l’assemblée générale réunie en session extraordinaire, à moins que l’état comme à son habitude laisse pourrir la situation pour qu’il y ait plusieurs centaines de chômeurs de plus !
    cf la lamentable histoire de Spanghero Castelnaudary (cheval au lieu de bœuf sans aucunes bactéries pourtant fermé avec4 ou 500 chômeurs?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
En cas de licenciement sui generis, l’employeur doit abonder le compte personnel de formation

Les ordonnances travail sont peu à peu mise en vigueur. Le gouvernement a publié son décret dans lequel détermine les...

Fermer