L’AMF met à jour sa liste noire des plateformes d’échanges cryptomonnaies

Alors que l’Autorité des marchés financiers a reçu, par l’Assemblée Nationale, de délivrer ou non un visa pour valider les ICO développées en France, l’AMF vient de mettre à jour sa liste noire des plateformes d’échanges de cryptomonnaies.

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) sont sur le pas de guerre. Le 13 septembre dernier, l’Assemblée Nationale validait le projet d’encadrement des ICO en France. Grâce à la loi PACTE, elle donne le pouvoir à l’AMF de délivrer ou non un visa pour les ICO lancée en France.

Parallèlement, l’AMF travaillait déjà depuis plusieurs mois sur le projet et mettait régulièrement à jour un liste de plateformes d’échanges de cryptomonnaies qui sont blacklistées.

Déjà 46 noms sont inscrits

L’AMF et l’ACPR expliquent publier la « liste des nouveaux acteurs identifiés proposant en France, des investissements sur le marché des changes non régulés (forex) sans y être autorisés. » 

Dans son communiqué datant du 27 septembre, les deux structures annoncent avoir rajouté 20 nouveaux noms de domaine frauduleux. Une liste qui vient agrémenter celle des domaines déjà identifiés par l’AMF et l’ACPR. Aujourd’hui, ce sont 46 plateformes qui sont considérées par les deux entités comme frauduleuses.

Pour vous assurer que l’intermédiaire qui vous propose des produits ou services financiers est autorisé à opérer en France, vous pouvez consulter la liste des prestataires de services d’investissement habilités (https://www.regafi.fr) ou la liste des intermédiaires autorisés dans la catégorie conseiller en investissement financier (CIF) ou conseiller en investissements participatifs (CIP) (https://www.orias.fr/search).

Si la personne ne figure sur aucune de ces deux dernières listes, nous vous invitons fortement à ne pas répondre à ses sollicitations car celle-ci est en infraction avec la législation applicable et n’est pas tenue de respecter les règles élémentaires de protection des investisseurs, de bonne information ou de traitement des réclamations.  

Autorité des marchés financiers

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
PLFSS 2019 : un pas de plus vers le déremboursement de l’homéopathie

Le PLFSS 2019 est actuellement épluché, décortiqué. Parmi les article, celui qui est affublé du numéro 42 devrait particulièrement intéressé...

Fermer