L’angoisse de l’entrepreneur devant les profits

Les profits sont l’angoisse de l’entrepreneur en France. Non seulement, ils sont inavouables et donnent lieu à une stigmatisation systématique, mais ils déclenchent une série de processus fiscaux anxiogènes. Quand on est entrepreneur, mieux vaut ne pas gagner d’argent dans ce pays…

Avec les profits prétendument records du CAC 40 (redisons-le: ils n’ont pas retrouvé leur niveau de 2006 et sont donc plus inquiétants que réjouissants pour les actionnaires), les entrepreneurs sont ramenés à leur propre angoisse du résultat. Dans un pays normal et équilibré, un pays qui ne serait pas dominé par la conscience coupable caractéristique de l’héritage monothéiste, l’entrepreneur dont l’entreprise dégage des profits serait heureux de l’afficher. 

En France, c’est l’inverse. Quand vient le moment de répondre à la question: « Et ta boîte, comment elle va? », la nervosité monte. 

Voilà bien un malaise qu’on ne soupçonne pas quand on est salarié. Mais, à mesure que l’année défile et que la perspective de clôturer les comptes approche, on sait si on a fait ou pas une « bonne » année. Et là, la tension se fait plus forte. Non parce qu’on n’a fait un mauvais chiffre, mais parce qu’on en a fait un bon.

D’abord, il va falloir esquisser le bilan avec l’expert-comptable et mettre un chiffre sur la ligne: profits. L’entrepreneur normalement constitué regarde immédiatement sa trésorerie et demande à l’expert-comptable: « ça fait combien en impôts? » Et là, le nez commence à se tordre. On mesure tout de suite qu’on a été mal avisé de ne pas prendre les devants. Ah! que l’argent serait mieux utilisé s’il servait à investir, à faire de la croissance externe, ou augmenter massivement les salaires.

Le problème des augmentations salariales, c’est évidemment que tout est fait, en droit français, pour dissuader de les pratiquer. Faire passer à un salarié le stade des 2,5 SMIC conduit à le sortir des dispositifs d’allègements et donc oblige à bien calculer l’énorme surcoût auquel on s’expose d’un coup. Et en cas de retournement de la conjoncture, on est marron. Réduire le salaire est à peu près impossible. 

Bref, tu as fait des profits et tu es un couillon. Tu ne mérites plus de vivre libre. Comme le répètent les bien-pensants et les médias, l’entreprise n’est pas là pour faire du profit, mais pour s’occuper de tout un tas d’autres choses.

D’abord, tu dois faire de l’emploi. Mais pas n’importe lequel. Tu dois bien faire attention à recruter des femmes, des handicapés, et des minorités visibles. Idéalement, si tu trouves une malienne voilée et cul-de-jatte, tu es un héros de la Nation, à condition de prouver que tu la paies aussi bien que le connard de mâle blanc diplômé et entier que tu as l’idée coupable de recruter l’an dernier.

Si tu as recruté un petit poulbot qui avait les bonnes compétences avant de recruter une femme musulmane qui a quitté l’école à quinze ans et qui n’a jamais vu un tableur Excel, c’est probablement parce que tu es raciste. Donc il faut que tu te justifies. 

Ensuite, tu dois faire tout un tas d’opérations obscures pour prouver que tu n’es pas un salaud de patron capitaliste. Par exemple, tu ne dois pas recruter trop de stagiaires, mais tu dois prendre des apprentis. Tu dois respecter l’environnement. Tu dois vérifier que tes données informatiques sont conformes à une multitude de textes dont tu ne soupçonnes même pas l’existence. Tu dois t’assurer que les écrans de tes ordinateurs ne donnent pas mal aux yeux de tes collaborateurs. 

Bref, tu es patron, tu as la mauvaise idée de faire des profits, mais tu n’as pas passé assez de temps à te préoccuper de tout ce qui n’est pas ton métier. Du coup, tu ne fais pas faillite, tu ne demandes pas de subvention et tu as la mauvaise idée de ne dépendre de personne. Et ça, le système, il n’aime pas.  

Pour te ramener dans le droit chemin, la loi va changer. Le brillant Bruno Le Maire, qui n’a jamais mis les pieds dans une entreprise et qui vit depuis toujours du denier public, va venir t’expliquer qu’une entreprise, ce n’est pas seulement le profit, mais c’est beaucoup plus que ça.

Je crois bien qu’on avait compris. En France, mieux vaut rater que réussir.

1 commentaire sur L’angoisse de l’entrepreneur devant les profits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Profits du CAC 40: les grandes entreprises françaises devraient-elles plutôt perdre de l’argent?

Les profits du CAC 40 reviennent au-devant de la scène avec des résultats présentés injustement comme records. Les 92 milliards...

Fermer