L’assurance mondiale: le calme avant la tempête systémique? par Jean-Marc Boyer

Article paru sur la Gazette de l’Assurance.

L’organisation mondiale des superviseurs d’assurance (IAIS) a publié son rapport annuel sur l’assurance. Cette organisation va changer de Secrétaire Général, Jonathan Dixon (qui a servi en Afrique du Sud) va succéder en novembre à Yoshihiro Kawai.

Selon cet organisme, l’assurance mondiale continue de bien fonctionner, malgré un environnement financier et macro-économique de plus en plus difficile. En réalité, les problèmes financiers sont devant nous : les dettes mondiales se sont accrues à 225% du PIB (source FMI) et des banques centrales (BCE, Bank of England, Bank of Japan) ont poursuivi leur politique monétaire accommodante.

Le rapport insiste sur :

–       La compétition en dommages, surtout en risques d’entreprises, d’immobilier et de catastrophes, et en réassurance. Le marché dommages a cru moins rapidement en 2016 (2,4% net d’inflation, source Sigma). Une croissance des primes est attendue en couverture des cyber-risques (5Md$ prévu pour 2018).

–       L’assurance vie est vulnérable aux taux bas prolongés, surtout en Europe. C’est notamment le cas pour les contrats longs termes à taux garantis (84% des encours en Allemagne) ou aux bilans dont les durations au passif et à l’actif sont déséquilibrées. L’IAIS préconise de revoir les contrats et de les re-tarifer (attention, forcer un client à transférer vers un contrat moins rentable relève du défaut de conseil). Dans la zone euro, 10% des contrats ont un taux garanti supérieur au taux de rendement des actifs.

–       Les assureurs vie sont sous pression concurrentielle pour réduire leurs coûts. L’IAIS considère que des assureurs vie ne vont pas fournir de retour sur fonds propres suffisants pour attirer les investisseurs. L’étude montre que le coût du capital est pratiquement égal en moyenne au rendement du capital.

Au-delà de la solidité financière, l’IAIS préconise de mieux gérer l’accumulation des risques et les changements structurels. La rentabilité des assureurs diminue alors que les encours croissent. Les primes en vie ont progressé de 5,4% net d’inflation en 2016. Deux tendances sont mises en cause : l’acquisition d’actifs plus performants mais plus risqués en vie (évolutions des allocations d’actifs à l’appui), et la volonté en non-vie de vouloir préserver son activité au risque de sous tarifer.

Le rapport étudie également des sujets spécifiques comme :

–      Le changement climatique et la régulation de l’assurance. Les assureurs sont impactés en tant que porteurs de risque, en tant qu’investisseur et en tant qu’entreprise. Le rapport présente un outil d’estimation de l’engagement contre le changement climatique, avec l’exemple du sondage de la NAIC (le régulateur des assurances aux USA).

–     Les transferts de risques aux marchés financiers. Il y aurait environ 75Md$ de capitaux en risque (Collateralised reinsurance, Industry Loss Warranties, Sidecars and Bonds), ce qui représente 15% des capacités globales de réassurance.

–      Le retour d’expérience de solvabilité 2, avec le stress test de l’EIOPA (European Insurance and Occupational Pensions Authority) de 2016 (cf les articles de La Gazette sur le sujet).

print

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. L’assurance mondiale: le calme avant la t...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Hey, salut toi le lecteur de Décider et Entreprendre.


Ça fait maintenant deux ans que D&E existe et continue de se développer. Et le tout, sans jamais avoir reçu de subvention. Alors depuis maintenant un mois, D&E a décidé et entrepris d'intégrer quelques publicités sur sa homepage, mais aussi au cœur de ses articles. Car D&E rémunère ses équipes.


Derrière D&E se cachent des journalistes, des développeurs informatiques, des responsables communications, mais aussi des éditorialistes de passage. Tout ce petit monde travaille d'arrache-pied pour ramener de l'information fraîche, des points de vues tranchés, mais argumentés et autres gaudrioles à l'un des seuls médias en ligne complètement indépendant, à la ligne éditoriale libre, mais aussi en plein développement.


Alors, voilà, aujourd'hui, cher lecteur, on te demande un petit geste de pas grand-chose. Non, range ton portefeuille (bien que l'on accepte aussi les dons). Non, on te demande juste de désactiver ton bloqueur de pub (Ad-Block, AdThwart, Webmail Ad blocker, etc) le temps de ta navigation sur notre site ou de mettre une exception de blocage qui concerne D&E.


Le simple fait d'afficher les pubs sur notre site nous permet de rémunérer nos « incroyables » équipes. Promis, les publicités ne sont pas invasives ni agressives. On peut même les cacher si on veut (avec la petite croix dessus).


Ça nous ferait vraiment plaisir et ça permettrait qu'on s’achète notre table de ping-pong continue à écrire librement, à titiller les puissances en place, mais aussi à proposer d'autres pistes de réflexion sur des sujets habituellement traités par les médias subventionnés.


Un petit geste pour toi, mais un grand pas pour Décider & Entreprendre.


Merci à toi, ô lecteur de D&E. Et bonne lecture.

Lire les articles précédents :
L’Unédic prévoit près de 38 milliards de dettes en 2018

L'Unédic vient de publier ses prévisions financières et anticipe 37,5 milliards de dettes en 2018. Prévisions financières de l'Unédic -...

Fermer