Laurent Wauquiez cumule-t-il trop?

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 2872 fois

Laurent Wauquiez vient d’hériter de la présidence des Républicains, en raison de la défection, très prévisible de Nicolas Sarkozy, désormais officiellement candidat  la primaire de droite. Dans le même temps, le tout nouveau président de parti est également député et président de la région Rhône-Alpes-Auvergne, qui fait près de 70.000 km2, soit l’équivalent de la Belgique et de la Hollande réunis. Ce cumul exceptionnel de mandats soulève quelques questions majeures.

Wauquiez, plus puissant que les rois de Belgique et de Hollande réunis

Rappelons d’abord que la région Auvergne-Rhône-Alpes regroupe environ 7,5 millions d’habitants, soit une population équivalente à un petit Etat européen. Cette région compte plusieurs villes importantes, dont la métropole lyonnaise, qui est, comme chacun le sait, la deuxième de France. Est-il raisonnable de prendre la présidence d’une région aussi sensible et complexe en décembre et, quelques mois plus tard, de prendre la présidence d’un parti donnant gagnant aux prochaines présidentielles?

Raisonnablement, la question se pose pour tous ceux qui tiennent la démocratie en estime: comment un seul homme peut-il efficacement relever le défi d’un développement régional nouveau, tout en siégeant à l’Assemblée Nationale et en tenant les rênes d’un parti politique aussi puissant?

Wauquiez a beaucoup critiqué son prédécesseur à la région

Pour les Rhodaniens et les Auvergnats, la pilule pourrait être d’autant plus amère que Laurent Wauquiez n’y est pas allé avec le dos de la cuillère sur la gestion de son prédécesseur Jean-Jack Queyranne. Un audit privé commandité par le nouveau président a en effet conclu à une situation catastrophique que la Chambre Régionale des Comptes a fortement nuancé. En outre, celle-ci a mis en cause la gestion du Puy-en-Velay par Laurent Wauquiez lui-même.

Si ces règlements de comptes par rapport d’audit interposés sont relativement classiques, il n’en demeure pas moins que plus d’un lyonnais ou plus d’un clermontois ne manqueront pas d’attendre leur président de région au tournant. À commencer par Jean-Jack Queyranne lui-même.

Les dents grincent en région

Sans surprise donc, la présidence Wauquiez suscite des critiques, notamment sur son style plus autoritaire que celui de Queyranne, et sur les promesses budgétaires qu’il devra tenir. En outre, les premières accusations sur les faveurs accordées au Puy commencent à tomber.

« Dans l’immédiat, la Région sert surtout la Haute-Loire ». Et d’énumérer les 70 000 euros versés pour la rénovation de l’église Saint-Laurent du Puy-en-Velay, la restauration de la monumentale statue « non classée aux monuments historiques » de Saint-Joseph à Espaly-Saint-Marcel (montant de l’aide non chiffrée), et encore 300 000 euros pour la mise en lumière du Puy-en-Velay… Sans oublier le doublement de la subvention au festival de jazz à Vienne, dont le maire est membre des Républicains, « alors que le budget culture de la Région baisse de 10 % en 2016 et qu’on supprime les comités de sélection ». Seul l’élu de Haute-Loire, André Chapaveire, n’a pas pris la parole durant l’énumération des aides au département…

Que du classique, donc. Mais les critiques classiques contre un Président hors norme ne tarderont pas à soulever des questions.

La Région, une affaire sérieuse?

Dans cette affaire, la question est évidemment celle de la capacité de la classe politique française à prendre en compte les changements induits par la réforme territoriale et les rapprochements entre régions. Dans le Nord, Xavier Bertrand a démissionné de son mandat de député pour se consacrer aux affaires locales. Manifestement, Laurent Wauquiez entend suivre le chemin inverse…

Certains regretteront ce tropisme, en supposant que les enjeux d’aménagement du Rhône et de l’Auvergne sont d’une importance suffisante pour ne pas être la cinquième roue d’un carrosse princier.

print

1 Trackbacks & Pingbacks

  1. LaidsRépublicains et #FillonGate Touche pas à ma caste voleuse – ANARCHOZY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Comment le gouvernement achète les syndicats de médecins

Les consultations médicales vont passer à 25 euros! En apparence, Nicolas Revel, successeur de Frédéric Van Roekeghem à la direction...

Fermer