Le Crédit impôt recherche : l’atout magique de la France pour attirer les entreprises

L’Insee dévoile ce jeudi 1 février son étude sur le nombre de salariés en France employés par des entreprises étrangères. Un bon moyen de faire un petit comparatif avec les entreprises tricolores. 

Difficile de ne pas se rappeler la petite sauterie qui a eu lieu à Versailles entre Emmanuel Macron et plusieurs chefs d’entreprises mondiales. Aux vues de toute la stratégie de communication employée, il était inconcevable d’en ressortir sans plusieurs accords d’investissements massifs.

C’est dans ce contexte que l’Insee publie son rapport sur le nombre de salariés français employés par des firmes étrangères. 

10% des effectifs du privé à la fin 2015

En 2015, 28 100 entreprises étrangères étaient présentes sur le sol français. Elles y employaient 1,8 millions de personnes, soit 10% du nombre total des actifs du privé en France (18 millions d’après l’Insee). L’Insee constate aussi que la moitié des entreprises étrangères concentrent leurs emplois dans des entreprises de tailles intermédiaires quand les deux tiers des multinationales françaises font le pari des grandes entreprises. 

Au niveau des secteurs d’activité, les chiffres de l’Insee mettent en évidence que les multinationales étrangères ont tendance à privilégier les secteurs à forte valeur ajoutée (industrie, commerce, et automobile) tout en réalisant des chiffres d’affaires importants. 

Le Crédit impôt recherche, niche fiscale intouchable 

Un peu plus loin dans le rapport vient la question des coûts salariaux. Et contre toute attente, l’Insee affirme que le coût horaire français n’est pas si élevé que cela et qu’il est bien en-deçà du coût salarial étranger. Ainsi, la moyenne étrangère par salarié serait de 61 100€ dans les multinationales étrangères et de 55 500€ dans les multinationales françaises. Et quand l’Insee montre en plus que les entreprises étrangères concentrent plus d’emplois que les firmes hexagonales dans les secteurs à forts dégagements, on se dit qu’il y a un loup.

Comment les entreprises étrangères peuvent-elles tenter le pari français alors qu’un enfer administratif et fiscal les attend ? L’une des réponses possibles tient en trois lettres : CIR, Crédit Impôt Recherche. Cette aide a permis à de nombreuses entreprises de s’installer et de se développer en France, tout en créant des emplois. 

En somme, les entreprises étrangères dépensaient, en 2015, 5,4 milliards d’euros et mobilisaient 6% de leurs effectifs sur de la R&D, contre 3% pour les entreprises françaises. 

Si l’effet sur l’emploi est évidemment louable, certaines entreprises profitent du secret fiscal autour de cette aide pour en détourner l’usage. Sujet sensible donc, puisqu’il s’agit d’une minorité, aucun homme politique ne se risque à attaquer cette « niche fiscale ». En 2013, un rapport de la Cour des comptes avait été censuré du fait « d’un lobbying effréné de plusieurs sociétés sur des membres de la commission » assure la rapporteure.

Reste maintenant à savoir de quoi la suite sera faite. Car après la réunion versaillaise présidée par Emmanuel Macron, de nouveaux investissements sont prévus. En contrepartie, l’UE considère toujours le CIR comme un objet de dumping social et compte bien l’enterrer. Jusqu’à enterrer 10% des effectifs salariés privés en France ? 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Comment la CNIL régule les données de votre site internet

Vous vous êtes lancés dans la création d’un site internet  pour promouvoir votre entreprise et peut-être vendre en ligne ?...

Fermer