Le MIT publie son plan pour « détruire le Bitcoin » !

Le 24 avril dernier, l’article « Let’s destroy Bitcoin » était publié dans la MIT Technology Review, la revue scientifique de la célèbre Institut Technologique du Massachusetts. Y sont dévoilés trois idées pour détruire le Bitcoin.

« Trois façons de faite tomber le Bitcoin, de le rendre insignifiant ou de le co-opter« . Voici les premiers mots de l’article provenant du MIT, qui ne laisse que peu de place au suspens quant à son contenu.

« Première option : la prise de contrôle gouvernementale »

Ainsi, la première option présentée par l’article serait la création de cryptomonnaies étatiques. En sommes, il est question de paiement d’impôts automatisés via le retrait de devises directement dans les portefeuilles des citoyens. 

D’après le MIT, la présence d’une cryptomonnaie nationale permettrait la disparition des devises classiques. Au rayon des avantages, on retrouve par exemple la fin des transactions intermédiaires en devises classiques qui mobilisent des ressources mais aussi une facilité de paiement pour l’usager. La suppression de ces postes de dépenses entraînerait donc une baisse des coûts pour l’usager. 

Une telle solution a-t-elle un soupçon de chance de voir le jour ? Si effectivement elle paraît attirante, elle entre en opposition directe avec la nature des cryptomonnaies. Ces dernières ont vu le jour pour justement échapper au contrôle des institutions bancaires et encore plus aux Etats. 

« Deuxième option : l’attaque sournoise de Facebook »

Et si Facebook incorporait le Bitcoin pour permettre à ses utilisateurs de réaliser des transactions sur le réseau social ? Un scénario catastrophe qui, pour le MIT, pourrait se réaliser d’ici peu. 

D’un point de vue strictement technique, Facebook serait en capacité de réaliser ce scénario car l’entreprise possède les ressources nécessaires pour mener des opérations de mining de grande envergure. Plusieurs applications pourraient alors découler de ce rapprochement. On peut par exemple imaginer que les utilisateurs puissent naviguer sans publicité s’ils acceptent de miner. Tout ça serait rendu possible grâce à l’image et à la popularité de Facebook, malgré le scandale Cambridge Analytics.

Pourtant, là encore, cette option ne serait pas forcément viable, ni même bénéfique pour Facebook. D’abord parce qu’elle nécessite un grand nombre de ressources et que l’apport financier serait trop léger par rapport à l’investissement. Le MIT prend justement le cas de Telegram qui a lancé une ICO, soulevant au passage 850 millions de dollars. 

Prenant cet exemple, une ICO Facebook suffirait largement à soulever des milliards de dollars ! De même, l’augmentation de la valeur du Bitcoin après son adoption par Facebook ferait apparaître de nouveaux mineurs de la même façon qu’ils apparaissent avec d’autres cryptomonnaies. 

Logiquement, Facebook n’aurait donc plus la main sur l’intégralité des stocks de Bitcoin. 

« Troisième option : multiplier les jetons »

La dernière option avancée par le MIT serait une tokenisation complète et totale de notre société. En clair, chacun posséderait une multiplicité de jetons et de portefeuilles de cryptomonnaies. On échangerait alors des « TokenToyota » contre des « EDFCash » à chaque achat et vente, la valeur des jetons se basant sur la valeur des actions de l’entreprise. 

Seulement, si cette dernière option est aussi réalisable, elle demande des innovations techniques et technologiques que personne n’a encore développé. Il faut par exemple créer un système automatisé pour transférer des actifs d’une blockchain à l’autre alors qu’ils ne dépendent pas de la même. Par ailleurs, cela nécessite aussi que la moindre entreprise ou société possède sa propre blockchain. 

Dans ce scénario, malgré une multiplication importante du nombre de jetons sur le marché, le Bitcoin ne perdrait pas forcément de sa valeur. Au contraire, il aurait encore toute sa légitimité en tant qu’actif à échanger. De même, que ce passerait-il dans le cas où une entreprise viendrait à faire faillite ? Que deviendraient ses jetons ? S’ils pourraient simplement avoir une valeur nulle, ils pourraient très bien être convertis en une autre valeur. Le Bitcoin par exemple.

L’article complet « Let’s Destroy Bitcoin » est à retrouver ici. (entièrement en anglais)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
Reste à charge zéro en 2020, démarche qualité au SAMU, gestion de l’épidémie de dengue à la Réunion: les dernières nouvelles de la santé

La ministre Buzyn a évoqué hier avec les organismes complémentaires la question du reste à charge zéro. La discussion a...

Fermer