Le recours à l’emploi intérimaire augmente au deuxième trimestre 2017

Le taux de recours à l'intérim reste un indicateur solide de la situation de l'emploi en France. La DARES rapporte que ce taux a globalement augmenté dans toutes les branches professionnelles. Pas forcément une bonne chose quand on sait le manque de stabilité qu'il propose.

Le nombre d'intérimaires a donc largement augmenté en l'espace de trois mois en France. Il est passé de 683 600 à 712 500. Cette hausse touche tous les secteurs : l'industrie (+2,9%), le tertiaire (+5,8%), plus modestement l'agriculture (+2,6%) et la construction (+0,3%). Par la même occasion, on constate la hausse du volume de travail de ces contrats intérimaires. En prime, ces progressions participent au dynamisme des créations nettes d'emploi salarié. Ainsi, 198 400 postes ont été créés hors intérim, et 303 500 en comptant ces derniers. 

Le paradoxe des activités immobilières

Les activités immobilières bénéficient aussi de ces hausses. C'est d'ailleurs l'un des secteurs qui conforte une des meilleures augmentations sur le derniers trimestre (+5,4%) pour 2 600 emplois intérimaires. Pour ce qui est de son évolution annuelle, le secteur se trouve juste un peu en dessous de la moyenne nationale, soit rien d'alarmant. Si ce n'est que c'est l'un des secteurs qui réduit le plus la durée de ses missions. -18% dans le dernier trimestre pour atteindre exactement 2 semaines en moyenne ! 

Quid du CDI intérimaire ?

C'est le contrat du XXIe siècle. Concrètement, il permet à un intérimaire de signer un contrat avec son agence qui l'envoie ensuite en mission. Après la signature du contrat, l'intérimaire possède un salaire garantit, un temps de travail effectif, on pose les missions qui lui seront accordées et la zone géographique qu'il devra couvrir. Le rapport de la DARES précise donc avoir pris en compte ces nouveaux contrats et que leur nombre augmente pour atteindre presque 16 000 signatures en mars 2017. Seulement, le CDI I n'a pas que des avantages. Car s'il permet en effet une plus grande stabilité, facilitant les demandes de prêts immobiliers par exemple, il met fin à la prime de précarité de fin de mission. De plus, il ampute une grande part des libertés des employés puisqu'ils sont tenus d'accepter les missions proposées et ils doivent se tenir prêts à être embauchés pendant leurs période d'intermission. Autrement dit, il se peut que le CDI I devienne moins intéressant qu'un contrat d'intérim standard.

Les intérimaires exclus des plans de sauvegarde d'emplois

Un plan de reprise pour le site de Whirlpool à Amiens prévoit de sauver 277 emplois. Mais les intérimaires - on en compte 250 - sont exclus du plan de sauvegarde, quand bien même ils travaillaient depuis plusieurs années. Ainsi, ils ne toucheront pas non plus d'indemnités extralégales auxquelles peuvent avoir accès leur collègues sur le départ. 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Taxation des contrats courts : premières grognes des professionnels

Tout juste annoncé par Bruno Le Maire, le projet de " bonus-malus " imposé aux entreprises pour juger de leurs...

Fermer