Le remaniement, crépuscule du hollandisme

Temps de lecture : 3 minutes

Cet article a été lu 691 fois

Le spectacle donné par le brillant remaniement de François Hollande et de Manuel Valls n’en finit pas de susciter l’hilarité. Il donne la preuve, en tout cas, de la mauvaise santé du régime. Plus que jamais, le désordre, la prévarication et le népotisme triomphent. L’appétit individuel au détriment de l’intérêt général ne se cache même plus. Si François Hollande sonne bien le crépuscule de la Vè République, le remaniement sonne le crépuscule du hollandisme.

Le remaniement et l’extravagant M. Fabius

Après avoir passé plusieurs années, comme ministre des Affaires d’Etrangères, à flatter les intérêts américains et combattre les régimes laïques du Moyen-Orient, Laurent Fabius entame une retraite bien méritée à la présidence du Conseil Constitutionnel. Ce cadeau ne suffisant pas, il souhaite cumuler cette fonction avec celle de président de la COP 21, histoire de bien montrer à tous ceux qui voudraient soulever une question prioritaire de constitutionnalité dans le domaine de l’écologie quelle sera l’issue finale du dossier.

Bien entendu, Laurent Fabius s’est empressé d’expliquer qu’il se « déporterait » dans l’hypothèse malheureuse où le cas de figure se présenterait. Un président de Cour qui ne peut siéger pour partialité dans l’affaire! excellente entrée en matière. On ne pouvait rêver mieux pour amoindrir la fonction.

Même Ségolène Royal s’en inquiète. Il faut dire que, dans cette farce, elle joue le rôle de la dinde: non seulement elle n’a pas existé dans la COP 21, mais elle n’y existera pas après. Fabius ne lui laissera même pas les miettes du gâteau.

Le remaniement et l’extravagante Mme Cosse

De son côté, Emmanuelle Cosse, l’ancienne gourou des Verts devenue ministre du Logement, ne manque pas une occasion de savonner la planche de l’ensemble de l’équipe. Non seulement elle jure n’avoir rien « marchandé », mais elle soutient maintenir son opposition à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes. Traduction: je n’ai rien demandé en échange de mon entrée au gouvernement! j’étais tellement pressée de quitter le panier des crabes Verts pour avoir une voiture de fonction et un chauffeur! En revanche, je compte bien ne pas respecter la solidarité gouvernementale.

On s’en amuse par avance. Qui plus est, Cosse a permis un spectacle inédit: désormais, les Verts rient jaune.

Le remaniement et l’extravagant M. Ayrault

Jean-Marc Ayrault a déjà commencé à confirmer de manière éclatante le dicton scout: nul un jour, nul toujours. À peine arrivé au Quai d’Orsay, il s’est fendu d’une brillante déclaration qui prouve qu’il n’a pas profité de sa cure de députation pour s’appareiller et corriger sa surdité.

« La France et l’Allemagne, dont les initiatives communes sont déterminantes et seront déterminantes, mais également tous les Etats membres de l’Union européenne, doivent se retrouver rapidement sur une ambition renouvelée », a-t-il ajouté. « Ce sont non seulement la cohésion et la solidarité de l’Europe qui sont en jeu mais aussi la survie du projet européen lui-même ».

Alors que, de partout, les appels à une modification en profondeur du projet européen fleurissent, alors que l’Union est au bord du Brexit, Ayrault nous annonce déjà qu’il reprend le marteau-piqueur en main et qu’il compte bien forer droit.

Le remaniement et l’extravagante Mme Azoulay

Le pompon de la journée revient bien entendu à l’éviction de Fleur Pellerin, la ministre de la Culture qui ne lisait pas de roman. Quelques heures avant son départ, elle annonçait encore urbi et orbi qu’elle était sûre de rester au gouvernement. Tant de clairvoyance réjouit l’esprit! Un quart d’heure avant l’annonce officielle du remaniement, Jean-Marie Le Guen l’aurait « affectueusement » prise dans ses bras pour lui dire: « Tu as été débranchée ». C’est mignon ça?

Selon Le Point, François Hollande l’a ensuite appelée pour lui dire qu’il avait besoin de quelqu’un qui « fasse de la politique ». Pour cette raison, il a choisi une fonctionnaire sans aucun mandat pour la remplacer: Audrey Azoulay, copine, selon la rumeur, de Julie Gayet.

Placer les favorites de sa maîtresse, ou la politique selon François Hollande.

Les semaines à venir devraient être très divertissantes pour tous ceux qui aiment le spectacle d’un corps social en putréfaction.

print

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Free, Uber et les nouvelles frontières technologiques

Quelles sont les frontières technologiques que les entreprises françaises doivent atteindre? Comme le souligne l’excellent Guillaume Sarlat, la France s’est...

Fermer