Le RGPD menace l’organisme international qui fournit les domaines internet

En prévision de l’entrée en vigueur du RGPD, l’ICANN cherche un moyen pour que sa base de données « Whois », qui permet de savoir qui se cache derrière un site internet, ne soit pas illégale. 

Et si le RGPD atteignait l’un des organismes les plus important ? Avec une application le 25 mai prochain, l’ICANN (l’organisme qui fournit les noms de domaines aux sites web), tremble de voir disparaître sa base de données « Whois« . 

Cette dernière regroupe les propriétaires de sites et leurs données personnelles comme les adresse, les mails et les numéros de téléphone. Dans un souci de transparence, elle permet au grand public de savoir qui se cache derrière chaque site internet. 

« Whois » bientôt illégale ?

Actuellement, plusieurs réunions ont déjà été organisées afin de trouver une solution pour continuer à utiliser cette base de données qui pourrait devenir illégale. Les propriétaires craignent la divulgation de ces informations et donc des représailles physiques. 

A l’inverse, si « Whois » fermait en Europe à cause du RGPD, cela créerait une zone de non-droit où n’importe quel propriétaire de site pourrait se dissimuler. 

La solution qui semble aujourd’hui faire consensus serait la création d’une base de données à deux niveaux : l’un qui serait ouvert au grand public et un deuxième niveau accessible uniquement aux forces de l’ordre, aux chercheurs et aux organisations présentant une demande légitime. Question : la presse aura-t-elle accès à ce deuxième niveau ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Lire les articles précédents :
Incompréhensible : pour avoir refusé de participer à un trafic, un détenu voit sa peine alourdie !

Roué de coups pour ne pas participer aux trafics de ses codétenus, un prisonnier de la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône...

Fermer